Auriol, l’Histoire du sentier

auriol1

On peut tout simplement avoir envie de prendre l’air, de marcher dans les belles collines… et l’Histoire des Hommes est là, au détour d’un chemin escarpé, au fond d’un ravin, cachée derrière les arbousiers, les petites lianes de salsepareille, les romarins et amélanchiers…

auriol3auriol4

Ainsi, au printemps, dans le ravin de la Coutronne, au pied de la Sainte-Baume, quand le silence est juste interrompu par quelques glouglous d’un filet d’eau coulant de marmites en marmites calcaires…

Quand on ne rencontre personne de tout le jour…

Et qu’on se croit presque dans un désert « à mille milles de toute terre habitée ».7

Elle est là, cette charbonnière, énorme, toute rouillée mais quasi intacte, avec sa cheminée. On se demande quels habitants ont fabriqué du charbon de bois et pour quel usage.
Et lors de ces autres balades aux Encanaux, aux Infernets, à Roussargues.
5lgElle est là, cette glacière ruinée, privée de son toit, si profonde, si impressionnante…
Il est là, cet oratoire où sont encore visibles les marques des compagnons.
Elle est là, cette petite grotte préhistorique.
Il est là, ce four à chaux (ou ce qu’il en reste)…
Alors on rentre chez soi, on allume son ordinateur, on sort des livres sur l’histoire du village, on cherche, on cherche…. On se dit que certains ancêtres sont peut-être passés par ces chemins…

auriol-6lg

Et mille questions surgissent…

Françoise Suzanne

Photographies et texte : © Françoise Suzanne, 2009
 

Commentaires

  1. Anonymous dit :

    besaï què pouriès parla tambien daou trèsor d’AULIEOL,ma es quand mumè bien d’aguè escrit co !