13 – Baux-de-Provence (Les)

Emma Teissier (1867-1944), la belle Fortunette des Baux

Portrait de Fortunette.
Coll. de l’auteur

[caption id="attachment_4195" align="alignright" width="246"] Portrait non daté d’Emma Teissier.DR.[/caption] Emma Catherine Teissier est née au quartier du Mas-Long, dans le centre du village de Maussane-les-Alpilles, le 17 janvier 1867 d’un père serrurier, Marcellin Teissier, et de son épouse Marie Constance Tellier. La jeune fille possède un caractère farouche qui fait d’elle une fille indépendante et peu portée à la discipline.

La généalogie de Frédéric Mistral

portrait_frederic_mistral

Voyez aussi l’article La numérotation Sosa-Stradonitz. 1. Joseph Étienne Frédéric MISTRAL (Maillane, 08/09/1830 – Maillane 25/03/1914) épouse à Dijon (21) le 27/09/1876 Marie Louise RIVIÈRE (1857-1943). 2. François MISTRAL (Saint-Rémy 18/01/1771 – Maillane 04/09/1855) épouse à Maillane le 26/11/1828 : 3. Marguerite Adélaïde POULINET (Maillane 30/04/1803 – Maillane 25/08/1885). 4.

Barral des Baux, histoire d’un seigneur

corbeau

Barral (1217-1270), sénéchal du Comtat pour le comte de Toulouse (1236), dont il épousa la nièce, Sibylle d’Anduze, fut seigneur des Baux-de-Provence de 1240 à 1270. Avant d’hériter de son titre de seigneur des Baux, le plus éclatant des faits d’armes de Barral fut sa prise du Comtat venaissin.

Les curés de la vallée des Baux

Les Baux de Provence- ISNARD (1256)- Varrion THIERRY (1349)- Pierre OSTAGE de VITROLLES (1370)- Laurent SOLEIAT (1468)- BOISSON (1570)- BAUD (1650)- Jean MATY (1660)- Laurent REPOND (1701-1702)- Jean-Baptiste TEYSSIER (1702-1749)- CLER (1749-1768)- ALEN (1768-1777)- BARRACAN (1777-1782)- MONTFORT (1782-1783)- DÉJEAN du CABRIÈRES (vicaire, 1782-1783)- BERTRAND (1783-1791)- MEISSONNIER (vicaire, 1783-1791)- VINCENT (1791-1792)- ROUX (procuré, 1792)- DATY (vicaire, 1792)- JOUSSARD (1793)- FOURNIER (1807-1817)-

La légende provençale (formation du legendarium provençal)

gens

La légende est un élément incontournable de la tradition provençale. On la porte aujourd’hui comme un étendard de la culture occitane. Les contes de Daudet sont toujours étudiés dans les écoles et les saints régionaux toujours honorés dans les villages. Il faut bien reconnaître que le fonds légendaire provençal est d’une richesse impressionnante.

Les origines de la famille des Baux-de-Provence

baux-1

[caption id="attachment_5619" align="alignleft" width="171"] © Sébastien Avy, 2013.[/caption] I. Leibulfe On ne connaît de lui que son nom. Il vivait à la fin du VIIIe siècle. Il eut pour fils : II. Poncius (Pons) Ce Poncius fut le père d’Ison et d’Humbert, évêque de Vaison. On le considère comme l’ancêtre et le fondateur de la famille des Baux.

Les Baux-de-Provence
au XIXe siècle

baux

Au début de la Révolution, le village des Baux-de-Provence se trouvait dans un réel état de décadence. L’éperon rocheux perdait constamment des habitants qui préféraient émigrer dans les villages de la plaine : Maussane, Paradou et Mouriès. La Révolution allait lui porter le coup fatal.