13 – Marseille

Deux pauvres jumelles (Marseille, 2 août 1734)

« Le 2 août 1734, Thérèse du Tafetas-Rouge et Anne du Tafetas-Blanc, soeurs jumelles apportées de l’Hôtel-Dieu ont été baptisées aujourd’hui, de parrain de Thérèse Jean Joseph Varlaque et de la marraine Magdeleine Estelle, le parrain d’Anne Jacques Touvenin et sa marraine Anne Béraud, illettrés…Registre des BMS de Marseille, paroisse des Accoules, année 1734.Transmis par Géraldine Surian.Faits divers de Marseille

L’immigration italienne en Provence au XIXe siècle

caserio

[google-translator] La Provence a été, à la fin du XIXe siècle, une terre d’accueil pour des milliers d’immigrants venus de l’autre côté des Alpes. Tout généalogiste réalisant des relevés d’état-civil se rendra compte que l’arrivée d’immigrants italiens remonte au Second Empire (1852-1870) et que ce phénomène subit une nette accélération dans les années suivantes (Troisième République, à partir de 1875).

Ernest Reyer (1823-1909), compositeur marseillais

ernest-reyer

De son vrai nom Louis Étienne Ernest Rey, Ernest Reyer est né à Marseille le 1er décembre 1823. Son père, notaire marseillais, ne désirait pas voir son fils embrasser une carrière musicale. Il ne lui fit pourtant pas obstacle et lui permit de suivre les cours du Conservatoire de six à seize ans.

Victor Gélu (1806-1885), le « grand et terrible poète »

victor-gelu

André Jean Victor Gelu, plus connu sous le nom de Victor Gélu, vit le jour à Marseille le 12 septembre 1806. Ses parents avaient bien eu dix enfants, mais trois seulement survécurent. Son père, Étienne Victor Gélu, boulanger, avait quelques économies en Espagne avant de revenir s’établir à Marseille et y diriger successivement deux établissements.

I. La ville comtale d’Aix-en-Provence

La place de l’Hôtel de Ville.
© Jean Marie Desbois, 2003

Page 1 / Page 2 / Page 3 / Page 4 / Page 5 L’Hôtel de Ville d’Aix fut construit de 1656 à 1668 sur les ruines d’un édifice municipal antérieur qui ne se remit jamais vraiment de son incendie par les troupes de Charles Quint en 1536 malgré sa restauration. Jusqu’en 1741, la façade principale du bâtiment donnait sur la rue Droite.