13 – Marseille

Morte d’un coup de sang (Marseille, 15 septembre 1793)

trioson

Registre d’état-civil de Marseille, mairie unique « L’an second de la République française, le seize septembre mil sept cent nonante trois après midi, pardevant nous officier public de cette ville de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen Henry Chabaud, juge de paix et officier de police du premier arrondissement, canton de Marseille, lequel, pour se conformer

Les métiers de Marseille disparus au XXe siècle

charretierchargeur

Qui a connu Marseille il y a quarante ans ou plus a pu observer des hommes et des femmes dans l’exercice d’une activité aujourd’hui disparue. Plusieurs Marseillais témoignent de ce qu’ils ont vu autrefois. Si vous aviez grandi à Aubagne, vous auriez pu admirer un joli magasin au centre-ville : un marchand de graines.

Une famille provençale : les Bionneau d’Eyragues

bionneau-eyragues

[caption id="attachment_6061" align="alignright" width="218"] © S. Avy, 2013.[/caption] Armes : D’azur, à la fasce d’or, chargée de deux croissants de gueules, et accompagnée en chef de trois étoiles d’or, et en pointe d’un vol d’argent. Origine de la famille : Poitou. Histoire des Bionneau d’Eyragues : Jean Bionneau, fils d’André, s’installe à Marseille au milieu du XVIe siècle.

Cervelle brûlée (Marseille, 5 octobre 1793)

chatterton

« L’an second de la Répulique française, le 6 octobre 1793, après midi, pardevant nous, officier public de cette ville de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen Claude Durand, premier assesseur suppléant au défaut du juge de paix du cinquième arrondissement du canton de Marseille, pour se conformer à l’article 8 du titre 5, section 5,

Mort de l’apothicaire (Marseille, 13 septembre 1793)

apothicaire

Registre d’état-civil de Marseille, municipalité unique, 201E 1305 L’an second de la République française, le quatorze septembre mil sept cent nonante trois après midi, par devant nous officier public de cette ville de Marseille et dans la maison commune est comparu le citoyen François Ferréol Galibert, juge de paix, officier de police et de sûreté du septième arrondissement, canton de