Accident mortel

Écra­sé par un mur (Mar­seille, 24 jan­vier 1789)

homme-assis-redingote-mur

« L’an 1789 et le vingt-qua­tre jan­vier, avons en­se­ve­li au ci­me­tière de cette église Hen­ri Viau, dont les noms des père et mère sont in­con­nus, Écra­sé par la chute d’une mu­raille dans la mai­son de M. Mou­ton, rue d’Aix, Par or­dre de M. Cha­mel, lieu­te­nant cri­mi­nel au siè­ge de cette ville, At­tes­té par MM.

Le rocher assassin (Châteauroux-les-Alpes, 4 avril 1770)

chateauroux-rue

« Arnoux Ollieu, [fils de] feu Antoine, âgé de 61 ans, est décédé le 4 avril 1770 de mort violente causée par la chute d’un rocher qui l’a écrasé à la combe de Garcine, vu l’ordonnance de Monsieur le Juge des châteaux archiépiscopaux de ce jour, portant permission de donner la sépulture à son corps, il a été ensevelidans le cimetière

Tombée dans l’Èze (La Tour-d’Aigues, 8 juin 1689)

tour-d-aigues-bords-eze

« Les an et jour que dessus, a été enterrée au cimetière de La Tour, sur les cinq heures après midi, en présence des soussignés, Marguerite Lausette, femme de Dominique Julien du lieu de Grambois et habitant alors au susdit La Tour, les susdits Julien, servant de valet à la bastide de madame de Rauelly et ladite Lausette résidant en ce

Tombé du mât (Marseille, 10 novembre 1739)

tartane-provence

« Ce jourd’huy, dixième novembre 1739, en conséquence du billet attaché cy contre de Monsieur de Gaudemar procureur du Roy en l’Amirauté, le cadavre du nommé Joseph Mairan de La Cadière, matelot tombé du mât d’une tartanne amarrée au quay en rive neuve, a été enterré dans le cimetière. » Registre paroissial de Marseille (Saint-Victor) Texte transmis par Françoise Suzanne Illustration : Tartane

Mort dans la mine (La Tour-d’Aigues, 31 mars 1690)

tour-d-aigues

« L’an que dessus [1690] et le premier du mois d’avril a été ensevely dans l’église paroissiale de ce lieu, en présence des soussignés, Balthasar Chateminois, de ce lieu, âgé de trente et quatre ans ou environ, qui fut trouvé mort sur les neuf heures de la nuit précédente dans une mine au quartier dit des Hoirs, qui s’écroula sous ses

Une chute en forêt (Châteauroux-les-Alpes, 30 mai 1720)

arbre-foret-sous-bois

« Marguerite Albrand, fille de Claude, est décédée en la communion de l’Église le trente may mil sept cents vingt, ayant été trouvée morte dans le bois par une chute, après l’information du sieur Jacques Michel, châtelain de Châ[tea]uroux, vu aussi la permission de monsieur Dalmas, juge des châteaux, que j’ai lu en présence des soussignez.