Agriculture

Un froid si cuisant… (Boulbon, 6 janvier 1709)

froid-a-paris-gustave-dore-thumb

BMS Boulbon 203E-222 : début année 1709Texte transmis par Jean-Marc Gauthier« Le six janvier appres vepres il s’est levé un froid si cuisant que dans trois jours la roue a été pris, il a duré dix sept jours en augmentant toujours, il a été si cuisant qu’il a tué tous les oliviers, tous les figuiers, et tous les bleds dans la

1773, une année à Puyricard

Champ près du hameau de Pontès. © Jean Marie Desbois, 2003

Puyricard, petit village situé au nord d’Aix-en-Provence et dépendant de cette ville, est demeuré durant toute l’histoire, et aujourd’hui encore, une commune à force tendance agricole1. Des champs s’y étendent à perte de vue, entourant un petit bourg ramassé sur l’église paroissiale.

La taille des arbres – Lettre de Céreste à Reillanne (10 février 1853)

envA07

Sources : Archives personnelles de l’auteur. Une lettre, écrite le jeudi 10 février 1853 et expédiée le samedi 12, et dont l’adresse indique : « À Monsieur Monsieur Miane père de Monsieur Miane notaire à Reillanne » L’expéditeur écrit de Céreste (Alpes-de-Haute-Provence) à destination de Reillanne, même département, situé à environ 8 kilomètres à l’est.

Un nouveau pressoir à huile

pressoir-olives

En 1786, Maître Delui, menuisier, écrit aux consuls et assesseurs du pays d’Aix une lettre dans le but de vanter les qualités de son invention : un pressoir à huile qu’il dit révolutionnaire, puisqu’il ne nécessite que trois hommes au lieu des neuf qu’emploie un pressoir traditionnel.