Incendie

Chorges brûle ! (Chorges, 9 septembre 1850)

chorges1

Le 9 septembre 1850, un terrible incendie ravage la quasi-totalité du village de Chorges (Hautes-Alpes). Rapidement, un correspondant du Courrier des Alpes se fait l’écho des événements et en dresse un récit spectaculairement réaliste. « On nous communique l’article suivant sur l’incendie qui vient de consumer presque entièrement le bourg de Chorges, chef-lieu de canton de ce nom dans notre département.

La ferme brûle ! (Lambesc, 13 août 1841)

lambesc-avenue-de-la-gare

« Un fâcheux événement vient d’arriver […] ; la ferme appelée la Crémade, appartenant à M. le comte de Forbin La Barben, est devenue dans le courant de la matinée du 13, la proie des flammes qui l’ont envahie presque dans son entier. La perte du bâtiment et des fourrages est évaluée à 3 000 francs.

Brûlée vive (Aix-en-Provence, 17 décembre 1895)

feu

« Pendant que Mme Blanc se chauffait devant sa cheminée, dans son logement, avenue Victor-Hugo, 17, une étincelle communiqua le feu à ses vêtements. Elle appela au secours mais, malheureusement, personne n’entendit ses cris désespérés. Ce n’est que plus tard que des voisins, sentant le brûlé, relevèrent la pauvre octogénaire. Ce n’était plus qu’un cadavre littéralement carbonisé.

Incendie de Montmaur (Montmaur, 10 octobre 1756)

Vue générale de Montmaur. DR.

Registre paroissial de MontmaurTexte transmis par Jean-Paul MétaillerL’an mil sept cents cinquante six et le dix d’octobre, dernier jour du saint-dimanche, sur le midy, ce village fût réduit en cendres, si on en excepte le château, l’église, le prieuré et la maison plus basse encor la maison curiale et celles qui l’entourent.

Évé­ne­ments de la se­mai­ne du 5 jan­vier (Arles, 5 janvier 1857)

quai-trinquetaille-detail

Sources : Archives communales d’Arles, J3, liasse. Ville d’Arles (Bouches-du-Rhône) Rapport du cinq au douze janvier 1857. Crimes et délits Ce matin, vers les deux heures, accompagné de nos agents, nous avons surpris plusieurs individus qui s’étaient réunis dans une chambre affermée par le n[omm]é Simon Trinquier, cafetier, où se tenait une maison clandestine de jeux.