Institutions

Élections sous influence (Eyguières, 17 juin 1857)

eyguieres-vue-generale

Commissariat de police du canton d’Eyguières. Eyguières, le 17 juin 1857 Monsieur le Commissaire Central1 J’ai l’honneur de vous informer, conformément à vos ordres en date du 12 courant que me recommandent le plus grand dévouement et du zèle pour assurer la candidature de M. de Chartreuse aux prochaines élections.

Les gardes-champêtres du canton d’Eyguières (Eyguières, 31 décembre 1857)

Sources : Archives municipales d’Arles, cote J3 Commissariat du canton d’Eyguières.Eyguières, le 31 décembre 1857Monsieur le Commissaire Central (1) J’ai l’honneur de vous adresser ci-joint l’état de service et la conduite des gardes champêtres du canton.1° Le garde Matheron est toujours le serviteur le plus zélé, dresse de lui-même les procès-verbaux, rend compte de ce qu’il apprécie, exécute les bons conseils

1773, une année à Puyricard

Champ près du hameau de Pontès. © Jean Marie Desbois, 2003

Puyricard, petit village situé au nord d’Aix-en-Provence et dépendant de cette ville, est demeuré durant toute l’histoire, et aujourd’hui encore, une commune à force tendance agricole1. Des champs s’y étendent à perte de vue, entourant un petit bourg ramassé sur l’église paroissiale.

La ville des Tours – Une cité aixoise oubliée

eglise-notre-dame-de-la-seds-aix

Il existait à Aix, jusqu’au Moyen Âge, un quartier que les documents d’archives dénomment la Ville des Tours. Ce faubourg fut habité dès l’Antiquité. De nombreux nobles y vivaient. Tombée en désuétude, ruinée par le temps, cette ville ne revint à la mémoire des hommes que peu avant la Révolution où elle reçut le nom de « Faubourg ».

Consuls et assesseurs aixois. Élection

© Christophe Fouquin - Fotolia.com

Le titre de consuls était particulièrement (et presque exclusivement) honorifique. Les consuls aixois n’avaient qu’un pouvoir relativement limité, circonscrit aux limites de la ville. Il semble qu’ils n’avaient pas toute la latitude des consuls d’autres grandes villes, Marseille en tête.

Chants séditieux (Aix-en-Provence, 20 octobre 1850)

general-changarnier-detail

Sources : Archives municipales d’Aix-en-Provence, cote I1, pièce 14, art. 10. (20 octobre 1850) « L’an mil huit cent cinquante et le vingt un octobre à trois heures de relevée, nous Jean Baptiste Dayre, commissaire de police, rapportons ce qui suit. [caption id="attachment_10490" align="alignright" width="300"] Général Changarnier, estampe de Jeoffroy, lithographe. Éd. chez Dopter, Paris, 1848. Bibl. nat.