Meurtre/Assassinat

Des braconniers tueurs de gendarmes

La loi a toujours puni le crime de braconnage. Pourtant, l’histoire atteste que, au fil des siècles, sa pratique n’a jamais cessé. Ainsi, le jeu du gendarme et du braconnier s’est régulièrement perpétué, le premier arrêtant le second et le jetant en prison ou lui faisant payer une forte amende.

Assassinat d’un berger (Saint-Martin-de-Crau, 16 janvier 1766)

saint-martin-de-crau-avenue-republique-arles

« L’an mil sept cent soixante six et le vingt-un du mois de janvier a été ensevely dans le cimetière de cette paroisse Pierre Pourchier, berger, assassiné pendant la nuit du seize au dix-sept dud[it] mois, et inhumé en vertu de l’ordonnance à nous faite par monsieur le lieutenant criminel au siège de la ville d’Arles, témoins présents et soussignés,

Tué d’un coup de feu (Saint-Zacharie, 6 mai 1800)

© Christophe Fouquin - Fotolia.com

« Le seize floréal an huit républicain, pardevant moy agent municipal de Saint-Zacharie et dans la salle commune, sont comparus Jean Baptiste Marcel, âgé de quarante-six ans, et Jean François Simien père, âgé de soixante-quatre ans, tous ménagers de cette commune et y résidant, lesquels m’ont déclaré que Honoré Sabathier, conscrit de la troisième classe, fils à Joseph, ménager, et

Tué par son pastre (Graveson, 30 septembre 1653)

berger-troupeau

« Le 30 de 7bre a esté ensevely dans léglise parroissialle près les bancs des consuls à la sépulture des Bruns Paul Briole, lequel a esté tué par son pastre et n’a reçu aucun sacrement, l’âme duquel requiescat in pace. » Registre paroissial de Graveson Anecdote découverte par J.-R.

L’assassinat d’André Diouloufet (Rognes,
27 août 1800)

rognes1

« aujourd’hui dix huit fructidor an huit de la République française une et indivisible, à huit heures avant midy par devant moi albert paul jaubert agent municipal de cette commune de Rognes, faisant les fonctions d’officier public pour recevoir les actes destinés à constater les naissances et les décès des citoyens sont comparus en la maison commune les citoyens alliberts assesseurs

L’assassinat de Jean Fabre (Bras, 28 mai 1684)

bras-var

Jean Fabre, de la ville d’Aix, veuf âgé de soixante ans ou environ, ayant été assassiné le vingt-huit may, venant du château de Saint-Estienne, ains qu’il résulte par l’information qui en a été faite par les officiers de ce lieu, a été enterré le vingt-neuf dudit mois, dans le cimetière de cette paroisse, présens messire François Simian, son curé, et