Meurtre/Assassinat

Meurtre ou accident ? (Grans, 17 août 1731)

grans-vue-sur-le-cours

« Mort d’un inconnu. Le dix-septième août 1731 dans notre cimetière, sans qu’il ait été reconû de personne, étant étranger et ayant eû la tête écrasée, présents et témoins Rd père Estienne Ricord, secondaire, et Sr Vincens Bruno Vallière, bourgeois, signé avec nous. » Registre paroissial de Grans Texte tranmis par Laurence Doré Photographie : DR.

Enfant assassiné (Grans, 6 mai 1774)

entree-de-grans-route-de-salon

« L’an mil sept cent soixante et quatorze et le six may a été enterré un enfant agé d’environ quatorze ans qui a été trouvé dans le terroir de ce pays : assassiné et l’avons enseveli en conséquence sur ordonnance du Sr lieutenant de juge en daste du jour d’hier signé Vallière lieutenant de juge en présence des témoins soussignés.

Dépouillé par les corsaires (Grans, 11 décembre 1715)

Registre paroissial de GransTexte tranmis par Laurence Doré« L’an 1715 et le onze décembre on a trouvé mort sur les deux heures du matin un homme inconnu qui se disoit de la ville de Marseille et demeurant dans la rue de Saint-Jean, chapelier de profession à ce qu’il disoit et qui, s’étant embarqué, avoit été dépouillé par quelques corsaires, il

Le berger assassiné (Grans, 8 mars 1739)

grans-vue-generale

« L’An mille sept cent trente neuf et le dixième jour de mars en vertu de l’ordonnance rendüe par le Sr de Coiffet, juge de ce lieu, le jour d’hier neufvième mars a été enseveli dans nôtre église parrossiale Joseph Cornille, berger, agé de vingt quatre ans, fils légitime et naturel de Jean Baptiste, hôte, et de Marie Vian, étant décédé

L’assassinat de Justinien Clary (Marseille, 12 novembre 1793)

rue-saint-ferreol-marseille

L’an second de la République française, le vingt-deux du second mois, après midi, pardevant nous officier public de cette ville de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen François Gabriel Cablat père, assesseur en empêchement du juge de paix et officier de police de sûreté du troisième arrondissement du canton de Marseille, lequel (…) nous a remis

L’assassinat de Louis Peyre (Aureille, 21 octobre 1798)

aureille-arriere-chateau-peyre

Aujourd’hui, trente vendémiaire an sept de la République française1, une et indivisible, à cinq heures du soir, pardevant moi, Pierre Bounoird, membre du Conseil général du chef-lieu du canton d’Eygalières, département des Bouches-du-Rhône, élu le douze germinal de l’an six de la République2 par l’assemblée communale de cette commune d’Aureille pour recevoir les actes destinés à constater les naissances, mariages