Naufrage/Noyade

Mort dans les marais (Maussane, 2 août 1762)

registre-livre

L’an mil sept cens soixante deux et le troisième jour du mois d’aoust, a été enterré dans le cimetière de cette paroisse André Chinet, travailleur, âgé d’environ trente huit ans, mary de Jeanne Claire, habitant sur la paroisse de Mouriès, faisant profession de la religion cath[olique] apost[olique] et rom[aine], décédé subitement depuis hier dans cette paroisse sur l’isle de M.

Noyé dans l’étang des Baux (Maussane-les-Apilles, 21 juillet 1784)

« Le vingt-trois juillet mil sept cent quatre-vingt-quatre a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse âgé de vingt-trois ans, Antoine Daussant [1], pêcheur, fils légitime de feu André Daussant, travailleur, et de Marthe Mistral, natif et habitant de cette paroisse, trouvé noyé dans l’étang de ce terroir des Baux, sur cette paroisse, où il s’était perdu le vingt-un

Naufrage du trois-mâts « Georges », près de Quimper (2 décembre 1867)

La Anse de la Torche, à Penmarch. 
Photographie de Sylvain Elies, 2007.

[caption id="attachment_4594" align="alignright" width="300"] La Anse de la Torche, à Penmarch. Photographie de Sylvain Elies, 2007.[/caption] Le 2 décembre 1867, un trois-mâts, le « Georges », armé à Marseille, fait naufrage en cours de voyage dans l’anse de la Torche, commune de Penmarch (Finistère), non loin de Quimper. Huit membres de l’équipage, originaires du sud de la France, ne furent jamais retrouvés.

Accident d’un bourgeois frénétique (Aubagne, 10 avril 1685)

aubagne

« Anthoine Constans, bourgeois phrénétique[1], trouvé mort dans un puits long le chemin de Cassis, a esté enterré aux Pères observantins le 10 avril de l’an que dessus, âgé d’environ soixante ans. » Registre paroissial d’Aubagne. Texte transmis par Annie Lhote. Photographie : Rue d’Aubagne, © Prasetyo Muhammad Ector, 2007, Creative Commons 2.0. [1] Frénétique : « atteint de frénésie, furieux ».

Noyé dans le Vieux-Port (Marseille, 27 octobre 1793)

portmrs

« L’an second de la République française, le 27 octobre 1793, après-midi, pardevant nous, officier public de cette ville de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen Claude Durrand, premier assesseur suppléant au défaut du juge de paix du cinquième arrondissement du canton de Marseille, lequel, pour se conformer à l’article 8 du titre 5 de la