Phénomène météorologique

Le mauvais temps (Simiane-la-Rotonde, 20 janvier-13 avril 1842)

Simiane la Rotonde

Sur le registre d’état civil de Simiane-la-Rotonde (Alpes-de-Haute-Provence), signalons une curieuse mention rédigée pour justifier du fait qu’un mariage ne sera pas célébré à l’hôtel de ville :

« L’an mil huit cent quarante-deux et le vingt du mois de janvier à l’heure de midi dans la maison de l’officier public, dont les portes étaient ouvertes au public, attendu que l’intempérie

« Vingt flambeaux blanchâtres » (Roumoules, 15 novembre 1618)

© Esteban De Armas Bonino / iStockphoto

En 2012, Francis Pelotier, généalogiste des Alpes-de-Haute-Provence, découvrait le texte de maître Robin, un notaire bas-alpin du XVIIe siècle, dont les mots ne manqueront pas d’étonner le lecteur moderne. Ce texte a été écrit il y a près de 400 ans, à Roumoules, un village situé entre Riez et Moustiers-Sainte-Marie, à la fin de l’année 1618.

Quand l’orage tue (Ancelle, 21 juillet 1785)

© Dudarev Mikhail – Fotolia.com

© Dudarev Mikhail – Fotolia.com Joseph Espitallier, fils de Claude, maître maçon d’Ancelle, âgé de vingt-quatre ans, tué d’un coup de tonnerre le vingt-un, nous lui avons donné la sépulture ecclésiastique le vingt-deux du mois de juillet mille sept cents quatre-vingt-cinq, par la demande de M.

Mort d’un coup de foudre (La Mure-Argens, 19 juin 1757)

arbre-foudroye

« L’an cy-dessus et le dix-neuf juin a été enseveli M. Jean Joseph Gimbert, fils de Jacques et de Claire Isouard, après les formalités de justice, attendu sa mort violente d’un coup de tonnerre, mort le jour d’hier. » [LATIL vicaire] Registre paroissial de La Mure-Argens Illustration : Chêne frappé de la foudre. Maxim Nikivorovitch Vorobiev, 1842.