Révolution

Agression de l’évêque de Sisteron (Manosque, 15 mars 1789)

manosque-panorama

Sources : « Remontrances et arrêtés du Parlement de Provence au XVIIIe siècle : 1715-1790″, P.-Albert Robert, Paris, 1912. Le dimanche 15 mars, on apprit par le procès-verbal dressé par les consuls de Manosque que l’évêque de Sisteron regagnant son diocèse avait été fort malmené par une populace irritée qui lui avait fait subir diverses violences. L’émeute était caractérisée.

L’assassinat du bon père Olive (Marseille, 13 janvier 1793)

eglise-saint-ferreol-marseille

Pierre Pourrière était le curé de la paroisse de Saint-Ferréol-le-Vieux. Il était très connu pour ses prédications en langue provençale, il mourut en 1747. Son neveu, Mathieu Olive, lui succéda. C’était un homme simple, bon, totalement consacré aux pauvres et aux malheureux à qui il donnait tout ce qu’il possédait. Il demeura curé de Saint-Ferréol jusqu’à la Révolution.

Terreur dans les rues du village (Châteaurenard, 13 novembre 1797)

chateaurenard

« Il se forma, à quelque distance de la commune de Châteaurenard, un attroupement armé d’environ cinquante personnes qui s’étaient réunies de différents endroits et parmi lesquelles on remarqua Jacques Genevet, Mistral, Gontier dit lou Merlan, Pauleau dit lou Camaïgre, Louis Deleutre, Jacques Mascle dit lou Capelan, Borel et plusieurs autres non reconnus. Tous étaient armés de fusils et pistolets.

Relaxés de Provence sous la Terreur

terreur2

17 brumaire an VIII (8 nov. 1799) (Tarascon) – Pierre Ther, aubergiste, 32 ans, né et habitant à Tarascon, acquitté de l’accusation selon laquelle il aurait favorisé l’évasion d’un prisonnier détenu au château-fort de Tarascon. 19 brumaire VIII (10 nov.

Relation des troubles arrivés à Aix les 12 et 14 décembre 1790 rédigés par la municipalité d’Aix le 17 mars 1791

pendaison-de-pascalis

Les événements survenus à Aix en décembre 1790 ont marqué la mémoire provençale de manière définitive. A l’issue de violentes émeutes ayant secoué la cité du roi René, le drame se termina par le lynchage et la pendaison sur le cours Mirabeau de trois hommes, dont on n’acceptait pas les idées anti-révolutionnaires.