Suicide

On fait des folies à tout âge (Aix-en-Provence, 10 janvier 1890)

Femme non identifiée. 
BNF.

[caption id="attachment_5524" align="alignright" width="225"] Femme non identifiée.BNF.[/caption] Le journal Le Mémorial d’Aix du dimanche 12 janvier 1890 relate le fait suivant : « On fait des folies à tout âge. C’est le cas de la dame C., âgée de 45 ans, qui a tenté de se suicider par asphyxie dans une chambre qu’elle occupait à Aix, rue du Séminaire*.

Suicide au Pharo (Marseille, 3 juin 1880)

pharo

Transcription d’un procès-verbal en date du trois juin mil huit cent quatre-vingt dressé par le commissaire du 14e arrondissement de Marseille, il appert qu’un individu, dont l’identité n’a pu être établie, paraissant âgé de 45 à 50 ans, taille élevée, forte corpulence, vêtu d’une veste vareuse drap bleu, d’une blouse toile blanc, chemise couleur grise, pantalon gris fer, chaussé de

Le pendu du cabanon (Fos-sur-Mer,
1er décembre 1900)

pendu

L’an mil neuf cent et le premier décembre à huit heures du matin, ont comparu par-devant nous Olive Siméon, adjoint faisant fonctions d’officier de l’état-civil de la commune de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), les sieurs Furnès Augustin, maçon, âgé de vingt-neuf ans, et Solio Émile, maçon, âgé de trente-neuf ans, tous deux domiciliés en cette commune, lesquels nous ont déclaré avoir découvert

Le suicide de Jean Pierre Fayet (Mas-Blanc-des-Alpilles,
13 décembre 1891)

registre

« L’an mil huit cent quatre-vingt onze, le treize décembre à midi, pardevant nous, Mauche Joseph, maire, officier de l’état-civil de la commune de Mas-Blanc, canton de Tarascon, arrondissement d’Arles, département des Bouches-du-Rhône, ont comparu les sieurs Ancelin Antoine, instituteur, âgé de vingt-huit ans, et Millaudon Léon, épicier, âgé de quarante trois ans, tous les deux domiciliés à Mas-Blanc, lesquels

Suicide à la prison Saint-Jaume (Marseille, 17 décembre 1793)

Hofmann_Lehrbuch_suicide_st

« L’an second de la République française, le vingt-neuf frimaire, après midi, pardevant nous, officier public de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen Claude Durrant, premier assesseur suppléant au défaut du juge de paix, officier de police du cinquième arrondissement du canton de Marseille, lequel, pour se conformer à l’article huit du titre cinq, section cinq,

Jean Moulard s’est pendu ! (Marseille, 17 décembre 1793)

Pendu, personnage en cire. 
Tour de Londres. 
© Helga, 2005, Creative Commons 
Attribution ShareAlike 3.0.

[caption id="attachment_4183" align="alignleft" width="175"] Pendu, personnage en cire.Tour de Londres.© Helga, 2005, Creative CommonsAttribution ShareAlike 3.0.[/caption] « L’an second de la république française, le vingt-huit frimaire, après midi, par devant nous officier public de Marseille et dans la maison commune, est comparu le citoyen Marcellin Garnier, juge de paix et officier de police de sûreté du septième arrondissement du canton

Suicide d’un agent-voyer (Gap, 15 décembre 1895)

prefecture-gap

« On a trouvé le 15 décembre passé M. Salle, agent-voyer cantonal, pendu dans son bureau, à la préfecture. On se perd en conjectures sur les causes de ce suicide qui a causé, dans notre ville, la plus profonde émotion. » Le Mémorial d’Aix, 18 déc. 1895 Photographie : La préfecture de Gap. DR.