Vol

I. Jean Étienne Séard. Le bagnard de Montgardin

mtg

Jean Étienne Séard, fils de Pierre Séard (1737-1810) et de Marguerite Astier (v. 1745-av. 1795) vit le jour à Montgardin, petit village des Hautes-Alpes, le lundi 19 juillet 1779. Il était le dernier d’une famille de huit enfants. Avant lui, ses frères et soeurs se nommaient Anne, Jean-Jacques, Dominique, Marie-Marguerite, Michel, Thérèse et Marie-Magdeleine (1).

II. Jean Étienne Séard. Le bagnard de Montgardin

place-jean-marcellin-gap

Page 1 / Page 2 Aussitôt, Jean Étienne Séard fut mené à Gap sous bonne escorte et jeté au cachot. Il est possible que, sur le moment, il estimait que sa peine serait relativement clémente. Après tout, il n’avait tué personne. Rien ne se passa pourtant comme prévu. Il ne fut pas jugé tout de suite.

Vol d’une bicyclette (Aix-en-Provence, 30 mars 1899)

Sources : Archives municipales d’Aix-en-Provence, I1/21 n°175 L’an 1899 et le 1er avril, devant nous Comte Auguste, commissaire central de police à Aix (Bouches-du-Rhône),Se présente la dame Fanny Revel épouse Firmin, cinquante ans, loueuse de bicyclettes, traverse de la Violette à Aix, laquelle déclare: »Avant-hier soir, vers cinq heures (jeudi 30 courant), un individu que je ne connais pas s’est présenté dans

Les trafics d’un employé à l’octroi (Aix-en-Provence, 9 février 1873)

Sources : Archives communales, cote I1, art. 15, n°171 (9 février 1873)L’an mil huit cent, etc. (sic) à quatre heures du soir,Par devant nous, Monge Hippolyte, commissaire de police, etc.S’est présenté l’agent Louvière, lequel a déclaré ce qui suit: « Je viens d’arrêter un individu d’Aix que j’ai trouvé vendant sans autorisation des livres sur la voie publique.