Charles Auguste Verminck (1827-1911), négociant provençal

Charles Auguste Joseph Verminck voit le jour dans le petit village provençal de Fuveau le 21 avril 1827, de Charles Verminck, instituteur de la commune, et de Magdeleine Blanc, son épouse.
À dix-huit ans, il entre dans la vie active de façon originale : il part faire du commerce sur la côté occidentale de l’Afrique et établit de nombreux comptoirs au Sierra-Léone, au Liberia et en Côte-d’Ivoire. Doté d’un solide sens des affaires, il parvient à s’enrichir, dans la mesure où le commerce en Afrique est encore relativement peu développé, les temps de colonisation massive étant encore à venir.
À son retour à Marseille, il s’investit dans diverses entreprises et exerce les fonctions d’importateur, d’armateur, de fabricant d’huiles et même de verres. Il achète en 1878 les usines fondées par la maison Pastré et fonde la Société du Sénégal et de la Côte d’Afrique, devenue plus tard Compagnie de l’Afrique Occidentale.
Il s’investit dans des organismes de bienfaisance dont la Bouchée de Pain et devient officier de la Légion d’honneur en 1889.
Doté d’une vue défaillante, à la limite de la cécité, il meurt subitement le 13 décembre 1811 dans son bureau à plus de 85 ans.


Voir aussi

Commentaires

  1. Anonymous dit :

    Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.