Construction illégale sur la lisse (Aix-en-Provence, 18 août 1777)

  • Archives communales d’Aix-en-Provence, FF95.
La porte Saint-Jean, musée Arbaud, anonyme. DR.

La porte Saint-Jean, musée Arbaud, anonyme. DR.

« Ce jourd’hui 18 août 1777, le bureau de police séant, est entré le procureur du roi en ladite police, disant qu’il est venu à sa connaissance que Joseph Berton, charron de cette ville d’Aix, a fait construire une barraque ou cabane de bois le long des remparts dans la lisse extérieure, à côté de la porte Saint-Jean [1], sans en avoir rapporté la permission de MM. les maire, consuls et assesseur d’Aix, lieutenants généraux de police, auxquels seuls il appartient de l’accorder lorsqu’ils croient que pareils ouvrages ne nuisent point à la décoration de la ville, à la liberté et à la sûreté publique, ni à l’utilité des fermes, attendu que les remparts, les tours, lisses et fossés de l’enceinte de la ville appartiennent au corps de la communauté par les concessions qui lui en ont été faites, en vertu de lettres patentes de la reine Jeanne, comtesse de Provence, du 4 septembre 1369, confirmées par celles de Louis XIII du 21 avril 1618, sans qu’il soit permis à tous autres d’en disposer en quelque manière que ce soit.

Requiert à ces causes qu’il soit enjoint audit Berton d’abattre ladite barraque en bois dans trois jours pour tout délai et de réparer les ouvertures ou brèches qu’il a faits audit rempart, et de remettre le susdit emplacement des lisses dans le même état qu’auparavant, le tout à ses frais et dépens, et que la sentence qui interviendra sera exéutoire, nonobstant et sans préjudice de l’appel, et a signé. »
[BOUTEILLE]

[1] La porte Saint-Jean se dressait au bout de la rue d’Italie. Elle fut démolie en 1880.