Crime de rapt (La Ciotat, 26 septembre 1746)

rossiter-rapt-enlevement-fiances« Le 12 août 1747 sur les 9 h du soir Marguerite Saurin femme d’Antoine Olivier sage femme jurée de cette ville a amené dans l’église paroissiale de cette ville de la Ciotat un garçon qu’elle nous a dit être venu au monde ce jourd’hui à 6 h du matin et que la mère qui est demoiselle Marianne Curet, du ventre de laquelle elle a reçu le garçon, la requise de l’emmener en cette église pour y recevoir le sacrement de baptême et nous déclarer de sa part que cet enfant a été conçu des œuvres de sieur Sauveur André Silvy contre lequel elle s’est pourvu en réparation du crime de rapt de séduction par devant le juge de cette ville et le procès se trouve actuellement pendant par devant la cour de parlement de ce pays et le sieur Sauveur André Silvy, négociant de cette ville, nous aurait tenu un comparant par lequel il nous a représenté que la demoiselle Marianne Curet fit exposition au juge et lui déclara que le vingt six du mois de septembre dernier se trouvant avec le sieur Silvy sur un chemin de ce terroir, il l’a connue charnellement et qu’elle resta enceinte sur quoi l’a été procédé, sentence a été rendue dont l’appel est porté pardevant la cour de parlement qu’il lui est revenu que ladite demoiselle Curet entend faire présenter par les fonds baptismaux un enfant dont elle déclarera ledit sieur Silvy être le père et qu’il nous déclare par le présent acte que là oùu il savait possible que ladite demoiselle Curet fit présenter sur les fonds baptismaux un enfant pour y recevoir le baptême et qu’elle fit déclarer qu’il fut provenir des œuvres du comparaissant ledit sieur Silvy de savoir formellement d’en être le père même d’y avoir contribué au moyen de quoi il nous requiert et interpelle de ne pas faire mention de lui directement ni indirectement dans l’acte de baptème n’étant pas juste que l’imposture soit encore manifestée dans le registre respectable et en cas contraire proteste de tout ce que de droit.

Signé Silvy à l’original
Après quoi nous aurions conféré le sacrement de baptême au garçon à nous présenter par ladite Saurin Olivier et imposé le nom de Simon André, son parrain a été sieur Simon Plasse, capitaine de vaisseau et la marraine demoiselle Marie Paty, veuve de feu sieur François Abeille, vivant capitaine de vaisseau qui l’ont tenu sur les fonds baptismaux et ont signés avec nous ladite Saurin Olivier, sage femme, ayant déclaré ne savoir écrire de ce enquis et nous a laissé l’original de la réquisition. »
signée Marianne Curet.
  • Registre paroissial de La Ciotat
  • Texte transmis par Nicole Julien
  • Illustration : Spilt Milk, Thomas Pritchard Rossiter (1818-1871), détail