De toutes parts ! Vive la Nation, la Loy et le Roy (Auriol, 1791)

de-toutes-parts

Auriol 1791…

Le prêtre réfractaire du village ayant pris la fuite, les Auriolais se sentaient désemparés. Après maintes démarches, ils obtinrent la nomination d’un “procuré” ayant fait son serment à la république.
Ils l’attendirent tous à l’entrée du village et l’accompagnèrent à la cure en procession.
Un repas fut offert.
L’ordre et le calme qui sont si chers aux villageois (et bien plus compatibles avec la moisson qui n’attend pas) étant rétablis, ceux-ci allaient pouvoir se mettre en paix avec Dieu et la République comme nous le raconte ce rapport du conseil municipal

Rapport du conseil municipal

sans-culotteConvocation faite a son de trompe et cris publics par tous les carfours et places du lieu accoutu­més ;
Se sont assemblés tous les citoyens de la commune d’Auriol, la municipalité décorée de l’écharpe, à la place du pont où il a été dressé un autel. La garde nationale sous les armes bordant la haye et la banniere aux trois couleurs de la nation déployée, mr Laidet procuré a célébré la messe, et à l’heure de midy la formule du serment ayant été prononcée, un cri général et unanime a renti de toutes parts !

« VIVE LA NATION, la Loy et le Roy ! »

« Nous jurons, ont ajouté les citoyens, d’être inséparablement unis avec tous nos frères françois de nous aimer toujours et de nous secourir en cas de nécessité d’un bout du royaume à l’autre pour conserver et maintenir la Liberté. »
Après le serment il a été chanté le Te Deum et donné la bénédiction, pendant laquelle et le Te Deum les boëtes ont fait plusieurs salves.
Et de tout ce que dessus les citoyens ont requis acte et a signé qui a sçu.
Leur devoir rempli, les villageois repartirent aux champs…

© Françoise Suzanne, 2007
source : archives communales de la ville.


Photographies :

  • © Françoise Suzanne, 2007 (haut) ;
  • Sans-Culotte, anonyme, 1888 (bas).