Un échafaudage s’effondre : 3 morts (Saint-Étienne-le-Laus, 8 février 1889)

L'église de Notre-Dame-du-Laus (officiellement basilique) et son parvis. © AntonyB. CC BY-SA 3.0.

L’église de Notre-Dame-du-Laus (officiellement basilique) et son parvis. © AntonyB. CC BY-SA 3.0.

Un terrible accident est arrivé le 8 février 1889 au sanctuaire de Notre-Dame-du-Laus, sur le territoire de la commune de Saint-Étienne-le-Laus (anciennement Saint-Étienne-d’Avançon), dans le département des Hautes-Alpes.
Début février, quatre ouvriers peintres ont été chargés d’effectuer des travaux de réparation sur la voûte de l’église de Notre-Dame-du-Laus.
Comme cela se fait depuis quasiment toujours dans de pareilles circonstances, les travaux sont réalisés sur des échafaudages superposés.
Au matin du 8 février, alors que tous quatre se trouvent sur l’échafaudage, l’un d’eux appellent les trois autres pour discuter de quelque chose d’important ou pour leur montrer quelque chose. C’est alors que le drame se produit.
La poutre qui les supporte cède et tous les quatre tombent dans le vide d’une hauteur de quinze mètres sur le pavé de l’église.
Deux meurent sur le coup et les deux autres sont grièvement blessés.
Voici l’identité des deux premiers morts : Victor Fayol, 18 ans, né à Saint-Étienne (42), domicilié à Saint-Chamond (42) et Joseph Vaillat, 32 ans, né et domicilié à Allevard (38). Un troisième meurt quelques jours plus tard, le 16 février, des suites de ses blessures. Il s’agit d’Émile Prudhome, 25 ans, né et domicilié à Voyron (38), célibataire.
  • Source : Le Petit Parisien, 14 février 1889.
  • Registre des décès de la commune de Saint-Étienne-le-Laus, année 1889, AD Hautes-Alpes, Gap.