Enfant abandonné puis reconnu (Maussane-les-Alpilles, 7 juillet 1825)

maussane-vue-generale

«L’an mil huit cent vingt-cinq, le sept du mois de juillet, à dix heures du matin, pardevant nous, Pierre Priaulet aîné, maire, officier de l’état-civil de la commune de Maussane, canton de Saint-Remy, département des Bouches-du-Rhône, a comparu Anne David, sage-femme, âgée de soixante-douze ans, domiciliée à Maussane ; laquelle nous a déclaré qu’aujourd’hui à une heure du matin, étant seule et rentrant dans sa maison située en cette commune, auprès de la fontaine publique, elle a trouvé devant sa porte un enfant tel qu’elle nous le présente, plié et emmailloté dans un lange en toile blanche, usé, et coiffé d’un bonnet en mousseline bordée, garni d’une petite dentelle.
Après avoir vérifié cet enfant, nous avons reconnu qu’il était du sexe féminin, qu’il paraissait être âgé de quatre ou cinq jours et qu’il ne portait sur lui ou sur son linge aucune marque distinctive qui ait pu le faire connaître.
De suite nous avons inscrit l’enfant sous les noms et prénoms de Magdeleine Théotiste… et avons ordonné qu’il fût remis le plus tôt possible à l’administration de l’hospice des enfants trouvés de cet arrondissement établi en la ville d’Arles, avec une expédition du présent acte. De tout quoi nous avons dressé procès-verbal, en présence des sieurs Augustin Irisson, propriétaire, âgé de trente-huit ans, et Jean Louis Bayol, agriculteur, âgé de trente-quatre ans, tous les deux aussi domiciliés à Maussane, lesquels ont signé avec nous, après que lecture leur a été faite du contenu du présent procès-verbal.»

Vingt ans plus tard…

«L’an mil huit cent quarante-cinq, le cinq mai, à midi, pardevant nous Barthélemy Ripert, adjoint à la mairie, remplissant les fonctions d’officier de l’état-civil de la commune de Maussane, canton de Saint-Remy, département des Bouches-du-Rhône, par délégation de Monsieur le Maire de cette commune du seize octobre mil huit cent quarante trois, a comparu en la maison commune Marthe Orèpe, sans profession, âgée de quarante un ans, née et domiciliée à Maussane, fille de Honoré Orèpe et de Anne Décombis, époux décédés, laquelle nous a déclaré qu’elle se reconnaît mère d’un enfant du sexe féminin qui fut présenté à l’officier de l’état-civil de cette commune, par Anne David, sage-femme, qui l’avait trouvé devant sa maison, plié et emmailloté dans un lange en toile blanche usé et coiffé d’un bonnet en mousseline brodée, garni d’une petite dentelle, ainsi qu’il est dit dans le procès-verbal dressé par l’officier de l’état-civil de cette commune sur les registres de l’état-civil du même lieu à la date du sept juillet mil huit cent vingt-cinq, numéro vingt-cinq, dans lequel il lui fut donné les nom et prénom de Théotiste Magdeleine, lequel enfant elle a eu d’un père inconnu.
Ladite déclaration faite en présence des sieurs Jacques Bayol, boucher, âgé de vingt-six ans, et de Jean Vachier, cultivateur, âgé de cinquante ans, tous deux domiciliés à Maussane et ni parents ni alliés de l’enfant reconnu.
Le présent acte lu par nous à la mère déclarante et aux témoins, ceux-ci l’ont signé avec nous, celle-là requise de signer a dit ne le savoir. »