Étran­glée par une cor­de (La Ro­che­gi­ron, 28 jan­vier 1859)

« L’an mil huit cent cinquante neuf et le vingt-neuf du mois de janvier, à huit heures du matin, pardevant nous Vial Alexandre Frédéric, maire et officier de l’État civil de la commune de La Rochegiron, canton de Banon, département des Basses-Alpes,
etude-femme-en-fureurSont comparus le sieur Bonnet Joseph Pierre, âgé de quarante-quatre [ans], cultivateur, époux de la décédée, et en présence de Meffre Fortuné, âgé de cinquante et un ans, cultivateur, aussi demeurant et domicilié dans cette même commune de La Rochegiron ;
Lesquels nous ont déclaré que la nommée Gondran Clémentine, âgée de trente-quatre ans, sans profession, née dans la commune de Banon, demeurant et domiciliée dans cette commune de La Rochegiron, épouse de Bonnet Joseph Pierre.
Elle s’est étranglée par une corde le vingt-huit du mois de janvier courant, à neuf heures du matin, dans la maison de son époux, à l’hameau du Jonquet, ainsi que nous nous y sommes transporté sur les lieux accompagné de messieurs la justice de paix du canton de Banon ;
Et les déclarants ont signé avec nous le présent acte après que lecture leur en a été faite. »
[F. Meffre, J. Bonnet, Frédéric Vial, maire]
  • Registre d’état civil de La Rochegiron
  • Illustration : Étude de femme en fureur, Jean-Jacques Le Barbier (1738-1826), musée Magnin, Dijon.