Généalogie : qu’est-ce que l’ascendance par quartiers ?

© Loretta Hostettler / iStock Photos.

© Loretta Hostettler / iStock Photos.

Cette expression d’« ascendance par quartiers » revient régulièrement lorsque l’on se consacre à l’établissement d’une généalogie. Elle évoque une façon de faire de la généalogie que beaucoup d’entre nous utilisent (moi compris) et qui s’avère riche en avantages.

Les quartiers

Le terme « quartier » évoque pour la plupart des gens aujourd’hui la division administrative d’une ville. Ces découpages étaient réalisés à l’initiative de la police et permettait une meilleure couverture sécuritaire de l’espace urbain. Le terme « quartier » existait déjà au début du XVIIe siècle et Le Thrésor de la langue françoyse (1606) traduit par « quartiers » le latin regiones urbis.

Mais un quartier, c’est aussi étymologiquement le quart d’une chose. Et généalogiquement, lorsqu’on l’on parle de quartier, on fait d’abord allusion aux quartiers d’un écusson.

Qui n’a jamais entendu l’expression « quartiers de noblesse » ?

Les quartiers de noblesse

Au XVIIe et au XVIIIe siècles, cette expression désigne les quatre parties d’un écusson contenant diverses armoiries. Ces armoiries concernaient chacune une origine noble de la famille et être en mesure d’en présenter quatre, voire plus, attestait une réelle noblesse.

Dans son Encyclopédie, Diderot écrit en 1765 :
« Un homme est réputé de bonne noblesse quand il prouve quatre quartiers du côté du père & autant du côté de la mère, c’est-à-dire quand son bisayeul, son ayeul & son père tant du côté paternel que du côté maternel ont été gentilshommes. »

On ne pouvait être à moitié noble et, lorsqu’on prétendait l’être, il fallait le prouver en exhibant ses quartiers de noblesse.
Dans certains cas, il fallait donc être en mesure de présenter quatre, huit ou seize quartiers pour accéder à de hautes fonctions par exemple.

Et en généalogie ?

Bien sûr, l’immense majorité d’entre nous qui recherchons nos ancêtres ne trouveront pas leurs huit ou leurs seize quartiers de noblesse. Il n’empêche que l’expression a perduré jusqu’à nos jours et en est venue à désigner tout ascendant d’une personne.

Rechercher son ascendance par quartiers consiste à s’intéresser à ceux-ci en les voyant sous la forme de groupes.
Mes grands-parents représentent quatre quartiers, mes arrière-grands-parents, huit, etc.

C’est une méthode de recherche d’ascendants très intéressante car elle permet de situer un groupe dans un contexte social, géographique et culturel identique et permet d’étudier l’évolution de ses ancêtres sur quelques décennies.
Prenez la peine de chercher vos ancêtres par quartiers si vous ne l’avez jamais fait. Ne mélangez pas vos aïeux bretons avec ceux de Marseille. Consacrez suffisamment de temps à un quartier pour en connaître le maximum de ses caractéristiques.

La vision que vous en retirerez donnera de la profondeur à ces personnes d’hier et, dans une certaine mesure, vous rapprochera d’eux, comme si vous viviez à leurs côtés.