La nommée Noyer, noyée… (Arles, 20 septembre 1852)

arles-rhone-petiteL’an mil huit cent cinquante-six et le dix-huit juin, [...] avons transcrit le jugement dont la teneur suit :

Extrait des minutes du greffe du tribunal de première instance de l’arrondissement judiciaire de Tarascon, département des Bouches-du-Rhône [...].

Par votre jugement en date du sept de ce mois rendu sur requête, vous avez ordonné qu’une enquête serait faite devant monsieur le Juge de paix du canton ouest d’Arles, à l’effet de constater le décès de Pétronille Philippine Noyer, épouse de Vincent Loubrié, meunier, [...] qu’il en ressort que la nommée Noyer a réellement péri dans les eaux du Rhône dans la journée du vingt septembre mil huit cent cinquante-deux, à Arles. Il ne saurait y avoir le moindre doute sur son identité, puisque les témoins honorables et qui la connaissaient personnellement l’ont vue, au jour indiqué, descendre l’escalier du quai, renverser par le vent, tomber dans le fleuve, surnager un moment et disparaître enfin sous les eaux après une tentative inutile de sauvetage.

Il requiert en conséquence qu’il vous plaise, messieurs, vu le procès-verbal d’enquête dont s’agit vu les articles 99 et suivants du code Napoléon, dire et ordonner qu’il est constant que la nommée Pétronille Philippine Noyer, sans profession, née à Arles le 1er mai 1826, mariée le 21 avril 1847 à Vincent Loubrié, meunier, à Arles, est décédée au dit lieu le 20 septembre 1852 vers les sept heures et demie du matin [...].

  • Source : Registre d’état-civil de la ville d’Arles, année 1856, n°266 bis, archives communales d’Arles.
  • Photographie : © Jean Marie Desbois, 2001.