La peste à Cornillon (Cornillon-Confoux, 1720)

  • Sources : « Cornillon et Confoux, leurs églises et leurs histoires », Joseph de Boisgelin.
  • Fait divers soumis par Géraldine Surian

A l’automne 1720, Antoine Reimond, ouvrier au château de Confoux, meurt de la peste, c’est du moins ce que l’on pense alors…
Peu de temps après, c’est un autre habitant de Confoux qui meurt de la peste.
En 1721, le châtelain, le marquis de La Roque d’Anthéron, meurt aussi, probablement de la peste.
Les habitants de Confoux, devant le fléau, se sont conformés aux règles prescrites en pareils cas…
Laurens, chapelain, a dit avoir confessé ledit Reimond de loin, comme le règlement l’exige, puis l’avoir fait enterrer dans la terre de Lacanan.

Durant les années 1720 et 1721, aucun rassemblement n’a été autorisé dans l’église de Confoux.
Les baptêmes et les mariages sont célébrés soit à Lançon, soit à Cornillon.
Les motifs sont toujours les mêmes : « La peste est soupçonnée d’être à Confoux », ou encore « à cause des grands ravages de la peste »
En fait , l’épidémie n’a causé que deux victimes à Confoux, mais elle s’est ensuite propagée sur Salon. On a alors accusé une habitante des Trez Castel (1) d’en être la responsable.
La dénommée La Crestade travaillait pour le seigneur du château de Confoux, et elle aurait transportée des « hardes » ayant appartenu à Antoine Reimond.

C’est ainsi que la peste passa de Confoux à Salon…



1. Quartier populaire situé près du château de l’Empéri (Salon-de-Provence).