Le château de Saint-Maime (Alpes-de-Haute-Provence)

Saint-Maime est une commu­ne des Alpes-de-Haute-Pro­vence située non loin de For­cal­quier, sur le sommet d’une colline qui surplombe la Laye, une rivière dont les abords ont été exploités au XIXe siècle par des sociétés productrices de plâtres, de chaux et de lignite.
Si le village n’attire pas l’essentiel des touristes de la région, qui préfèrent se concentrer sur Forcalquier et Manosque, il n’en demeure pas moins qu’on trouve là un remarquable site, certes ruiné, mais qui témoigne du passé médiéval du lieu : le château qui fut autrefois propriété des comtes de Forcalquier puis des comtes de Provence.
Chapelle Sainte-Agathe et donjon de l'ancien château de Saint-Maime. © Véronique Pagnier, 2011.

Chapelle Sainte-Agathe et donjon de l’ancien château de Saint-Maime. © Véronique Pagnier, 2011.

Historique

En 1193, vivait en ce château Garsende de Sabran, héritière et petite-fille de Guillaume VI, comte de Forcalquier. Cette même année, elle épousa Alphonse II d’Aragon. Ce mariage unit le comté de Forcalquier et la France et vit naître Raymond Béranger IV, qui, plus tard, vivrait à Aix l’essentiel de l’année, mais l’été au château de Saint-Maime (castrum de Sancto Maximo).
Époux de Béatrix de Savoie, il devint le père de quatre filles, ultérieurement connues sous le nom des « Quatre-Reines » et qui ont fait la renommée de Forcalquier : Marguerite, qui épousa Saint-Louis, Éléonore, Henry III, le roi d’Angleterre, Sancie, Richard de Cornouaille, et Béatrix, Charles Ier, roi de Naples et comte d’Anjou.
Ce Charles Ier, roi de Naples et comte d’Anjou, frère de Louis IX, aurait passé plusieurs nuits au château de Saint-Maime. Selon la chronique qui en atteste, le château abritant trop de visiteurs, Charles dormit plusieurs nuits dans le grenier à paille, avec des gens de sa suite.
Léon de Berluc-Pérussis. DR.

Léon de Berluc-Pérussis. DR.

Selon l’érudit Léon de Berluc-Pérussis,
« Il eut [même] à essuyer une attaque nocturne de la part d’une bande de truands descendue des forêts environnantes à laquelle se joignirent les gens d’un village voisin qui avaient traversé la montagne. »
Avec l’aide des habitants de Saint-Maime et de Dauphin, village voisin, les assaillants furent repoussés. Alors que ceux-ci semblaient protester contre le rapprochement entre le Royaume de France et le comté de Forcalquier, cette attaque pourrait avoir au contraire précipité le mariage entre Béatrix et Charles.
Saint-Maime et la plaine de la Laye au début du XXe siècle. DR.

Saint-Maime et la plaine de la Laye au début du XXe siècle. DR.

Le château aujourd’hui

Le château des Béranger n’a plus le lustre de son glorieux passé. Au fil des siècles, sa détérioration s’est accentuée et il ne consiste aujourd’hui plus guère qu’en une tour en mauvais état et en des murs abîmés appartenant à la vieille chapelle Sainte-Agathe. Des dénominations locales attestent encore de l’ancienneté du lieu. Ainsi, au pied du coteau, on trouvait au XIXe siècle des lieux au nom parlant : Vigne de la Cour, Pré de la Cour, Jardin de la Cour étant les principales dénominations semblant lier leur appellation à l’emplacement du château médiéval. Hélas, une bonne partie des documents qui permettent d’étayer l’histoire du lieu a disparu stupidement à la fin des années 1850 ou au début de la décennie suivante, lorsqu’un maladroit instituteur de Saint-Maime détruisit par le feu un vieux coffre de bois contenant une partie des archives médiévales de la commune.

Bibliographie

  • Léon de Berluc-Pérussis, Souvenirs historiques. Le château de Saint-Maime, A. Masson impr., Forcalquier, 1868.
  • Daniel Thiery, Saint-Maime, site web Archeoprovence.
  • [google-translator]