Le mulet assassin (Aix-en-Provence, 20 février 1873)

(9 février 1873)
L’an mil huit cent, etc. (sic)
Par devant nous, Monge Hippolyte, commissaire de police, etc.
paysan-muletS’est présenté le sieur Pignatel Louis, âgé de 31 ans, aubergiste à Aix, boulevard Notre-Dame, n°22, lequel a déclaré ce qui suit :

« Le 10 février courant, un nommé Porte Paul, âgé de 20 ans, cultivateur à Mallemort (Bouches-du-Rhône), vint à Aix à l’occasion de la foire et se rendit chez moi. Il entra dans l’écurie afin de choisir une place pour son cheval lorsque, en passant derrière le mulet d’un nommé Constant Louis, propriétaire à Rognac, le dit mulet rua et Porte reçut en plein visage un très fort coup de pied. Porte s’évanouit aussitôt et je concourus à le transporter dans une chambre où, après bien des souffrances, il succomba hier matin, malgré les soins affectueux dont l’entourait sa famille, prévenue en temps utile de l’accident.
Les sieurs Ricard Pascal, âgé de 20 ans, maréchal-ferrant, Mandine Martial, âgé de 22 ans, et son père Alphonse, âgé de 50 ans, propriétaire, tous demeurant à Mallemort (Bouches-du-Rhône) pourront confirmer cette déclaration. »

La famille du défunt prétend que le propriétaire du mulet qui a occasionné la mort de Porte affecte la plus grande indifférence à l’occasion de cet accident, dont ce dernier a été victime.
D’un autre côté, l’aubergiste Pignatel dit qu’il avisait les personnes descendues chez lui, à l’occasion de la dernière foire, de l’habitude du mulet de Constant de ruer.

Constant demeurant à Rognac, nous n’avons pu l’entendre.
De tout quoi, nous avons dressé le présent procès-verbal auquel il sera joint le rapport du médecin.
Fait à Aix, etc.

  • Sources : Archives communales, cote I1, art. 15, n°190
  • Photographie : Paysan et son mulet vers 1910. DR.