Le pendu du cabanon (Fos-sur-Mer,
1er décembre 1900)

penduL’an mil neuf cent et le premier décembre à huit heures du matin, ont comparu par-devant nous Olive Siméon, adjoint faisant fonctions d’officier de l’état-civil de la commune de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), les sieurs Furnès Augustin, maçon, âgé de vingt-neuf ans, et Solio Émile, maçon, âgé de trente-neuf ans, tous deux domiciliés en cette commune, lesquels nous ont déclaré avoir découvert le cadavre d’un pendu dans le cabanon Laroque, sis au quartier de Valin. Nous nous sommes immédiatement transportés sur les lieux et nous avons constaté le décès.
L’individu avait le signalement suivant : âgé d’environ vingt-cinq ans, taille de un mètre soixante-dix, cheveux et sourcils châtains, front découvert, nez moyen, visage ovale, bouche moyenne. À la couleur des mains, tout porte à croire qu’il travaillait le fer ; vêtu de veste et gilet en drap bleu, pantalon de velours, casquette de marin, souliers ferrés, chemise bleue pointillée de blanc.
Avons dressé le présent acte que les déclarants ont signé avec nous après lecture faite.

  • Registre d’état-civil de Fos-sur-Mer
  • Illustration : © J. M. Desbois, 2010.