Le suicide de Marie Marin (Aureille, 18 juin 1808)

  • Registre d’état-civil d’Aureille, année 1808.
  • Photographie : Aureille au début du XXe siècle. DR.

L’an dix-huit cent huit et le dix-neuvième jour du mois de juin à cinq heures du soir, par devant nous maire officier de l’état-civil de la commune d’Aureille, canton d’Eyguières, département des Bouches-du-Rhône, municipalité d’Aureille, sont comparus Antoine Blache, cultivateur, âgé de soixante-six ans, et Jean Bertrand, cultivateur, âgé de cinquante-huit ans, tous les deux amis de Marie Marin, et domiciliés dans cette commune d’Aureille.
aureille-panoramaLesquels nous ont déclaré que le jour d’hier, dix-huit juin, à huit heures du matin, Marie Marin, âgée de quarante ans, épouse de Louis Darmure, chevrier, a été trouvée pendue et qu’elle avait perdu la vie, d’après le procès-verbal du sieur Pierre Bounoird, adjoint à la mairie d’Aureille, et de celui du juge de paix du canton d’Eyguières, de quoi avons dressé acte, d’après avis ordonné par cet officier, que j’ai signé après que lecture leur en a été faite, et les déclarants ont dit être illettrés.

[DEMONTAU maire]