L’enseignement public à Aix au XIXe siècle

lycee-mignet AU XIXe SIÈCLE, l’enseignement à Aix ressemble à celui qui prévaut dans l’ensemble de la France : opposition entre religieux et laïcs, avec souvent victoires aux Frères, hormis sous la Troisième République qui lance la véritable offensive du laïcisme.
En 1833, François Guizot, ministre de l’Instruction Publique, fait passer une loi qui prévoit la création dans toutes les communes françaises d’une école primaire publique. Les conditions pour enseigner sont réévaluées et les programmes sont uniformisés.
C’est ainsi qu’en 1836, Aix voit la création dans ses murs de l’École normale d’instituteurs des Bouches-du-Rhône, et, en 1843, de l’École normale d’institutrices.

Les facultés

En 1846, la ville, déjà dotée d’un bel ensemble universitaire, avec la Faculté de droit et la faculté de théologie, accueille une faculté des lettres. La Faculté de théologie, qui végète depuis sa création, semble connaître un essor à la fin du Second Empire (vers 1870), mais sera définitivement supprimée en 1885. La Faculté de droit est, elle, beaucoup plus fréquentée. Elle compte à la fin du siècle treize enseignants pour trois cent cinquante étudiants. Les effectifs de la Faculté des lettres progressent régulièrement, quoique modestement, tout au long du siècle : cinquante étudiants en 1885 et quatre-vingt-quinze en 1893. Cette même année voit Maurice Blondel y soutenir une thèse remarquée, intitulée « l’Action ».

Le lycée Mignet

Au niveau de l’enseignement secondaire, la réalité n’est pas vraiment reluisante. Un seul collège municipal existe et il se trouve dans l’actuelle rue Mignet. Il porte alors le nom de collège Bourbon. Pour le lycée, il faut aller à Marseille. C’est pourquoi les Aixois ont souvent demandé la transformation de leur collège en lycée. Il faudra attendre 1879, avec une visite de Jules Ferry, alors ministre de l’Instruction Publique pour obtenir gain de cause. De 1882 à 1884, les bâtiments sont construits et le lycée est inauguré le 3 octobre 1884. Il prendra le nom de lycée Mignet le 25 septembre 1887, suite à un décret du maire Mandel.

L’École nationale des Arts et Métiers

On ne peut parler de l’enseignement à Aix sans évoquer la très célèbre Ecole nationale des Arts et Métiers. C’est Adolphe Thiers (1797-1877), Marseillais de naissance, Aixois d’adoption suite à ses études de droit et la charge de député qu’il y exerça, premier Président de la IIIe République (1871), c’est grâce à Thiers, donc, qu’Aix obtint en 1843 la création de cette école, la troisième de France. Tous les ans, cent élèves y étaient admis. C’est au sein de cette école que l’agitation politique était la plus fréquente. Des manifestations y virent le jour en 1848, en 1870, en 1872 et en 1896. C’est pour cette raison que les étudiants étaient généralement l’obsession des forces de l’ordre qui les surveillaient de près. Des arrestations à la limite de la brutalité n’étaient d’ailleurs pas rare1. Une des raisons aux agitations politiques qui voyaient le jour dans les Ecoles supérieures tient probablement au fait que l’essentiel des étudiants venait d’autres villes, d’autres régions et, parfois, d’autres pays.
Rappelons que, tout au long du XIXe siècle, la population d’Aix tournait autour des 25.000 âmes. Une petite ville en somme. Le réseau éducatif y était donc considérable pour une ville de cette taille.

Note

1. On trouve un exemple de ces brutalités à la page « L’arrestation illégale de l’étudiant Cauvet (Aix, 1832)« .

Photographie

Le lycée Mignet (DR). C’est au collège Bourbon que Paul Cézanne fit ses études. Il y entra en 1852, à l’âge de treize ans, en classe de 6e. C’est là qu’il se lia d’amitié avec Émile Zola. Ce dernier est plus jeune d’un an et est alors en classe de 7e. D’origine parisienne, Zola est la tête de Turc de ses camarades de classe et se fait traiter de « Parisien » et de « franchimand ». Mais Cézanne, grand et fort pour un gamin de treize ans, prend Zola sous sa protection et les deux enfants deviennent les meilleurs amis du monde.