Les abus du clergé (Forcalquier, 8 mai 1753)

« Le 8 mai 1753, plusieurs conseillers des enquêtes dénoncèrent avec fougue les criants abus de divers curés du diocèse et de la province. A leur dire, des faits scandaleux s’étaient produits qui méritaient de retenir toute l’attention de la Cour.
A Puyricard et au Puy*, des prêtres avaient voulu exiger des billets de confession;
A Lauris, un vicaire avait refusé la communion à une femme qui se présentait à la Sainte Table;
A Forcalquier enfin, le lieutenant de la sénéchaussée, homme de bien, était mort sans recevoir les sacrements, sous le prétexte qu’il n’acceptait point la bulle. La moitié du chapitre s’était abstenue de suivre son convoi.
D’après MM. des Enquêtes, une répression prompte et exemplaire s’imposait et, à ces fins, ils demandèrent l’assemblée des Chambres**. (…)
La Grand-Chambre (…) ouvrit (…) une information sur l’incident le plus grave, celui de Forcalquier. Le 7 juin, en suite de cette information, elle ordonnait que la délibération du chapitre de Forcalquier, injurieux pour la mémoire du défunt lieutenant, serait biffée et ajournait en personne les curés et prévôts du chapitre. Le 26 du même mois, le Parlement terminait l’affaire en réprimandant les accusés qu’il condamnait à 6 livres d’amende et auxquels il faisait interdiction expresse d’introduire à l’avenir des formules de profession de foi arbitraires. »

* Le Puy-Sainte-Réparade.
** Délibération du 8 mai 1753.

  • Sources: Remontrances et arrêtés du Parlement de Provence au XVIIIe siècle : 1715-1790″, Robert, Paul-Albert, Paris, 1912.