Mouriès (Bouches-du-Rhône)

mouries

Commune des Bouches-du-Rhône (13 065), Provence-Alpes.
2.752 habitants en 1999.
38,35 km2.

Voici quelques liens qui vous pourront vous guider si votre généalogie vous mène à Mouriès.

Histoire

  • Mouriès : des origines à la Révolution. Mouriès a remplacé la mutatio Tericiae, sur la voie aurélienne, dont le nom se conserve, à peine altéré, dans celui du vieux quartier de Teracia qui domine le village. Comme Glanum, la cité voisine, Tericiae fut ruiné par les Wisigoths, vers l’an 480. Ses habitants se réfugièrent sur les hauteurs prochaines, celle des Baux surtout. Après le départ des Sarrasins, le nouveau village fut fondé plus près de la plaine.
  • © Jean Marie Desbois

    © Jean Marie Desbois

    L’oppidum des Caisses de Jean-Jean. L’oppidum des Caisses de Jean-Jean est un site archéologique situé au nord de la commune de Mouriès, dans les Bouches-du-Rhône. Il remonte à l’époque proto­historique. Il a fait l’objet des fouilles de l’archéologue Fernand Benoit de 1935 à 1942.
  • 10 sites archéologiques des Alpilles à voir absolument. Les Alpilles, massif de hautes collines des Bouches-du-Rhône, s’étendent sur une superficie relativement faible (50 000 hectares), mais elles concentrent une extra­ordinaire richesse de sites archéologiques qui atteste de l’attrait qu’elles ont exercé sur les hommes depuis la Préhistoire. Nous vous invitons à en découvrir dix, en précisant que la liste n’est pas exhaustive.
  • Les curés de la vallée des Baux

Chronique

  • L’assassinat de Pierre Orèpe, berger de Mouriès (1793). Ce récit est conçu dans sa totalité sur les dépositions de dix témoins faites sur la réquisition de Brunet, agent national, qui recherchait toutes les informations nécessaires pour reconnaître les principaux auteurs de toutes les horreurs commises en la commune des Baux pendant la Terreur.
  • Les cinq pendus de l’Escampadou. Un événement dramatique survenu à Maussane sous la Terreur.

Faits divers