Noyée dans le ruisseau (Savines, 13 juin 1722)

« Le 13 juin 1722, Marguerite Valerian, fille de François, âgée d’environ seize ans, qui avait fait ses pâques et s’était confessée il n’y avait pas 15 jours pour gagner le jubilé, et qui avait toujours donné des marques d’une véritable chrétienne et d’une sage fille, voulant terrasser1L’acte indique bien le mot « terrasser » et non « traverser ». seule le pont appelé des Valérians qui est au ruisseau de Réallon, s’est noyée et le jour suivant, en suite du décret obtenu par M. le juge et du procureur d’office du marquisat de Savine par lequel ils permettaient de lui donner la sépulture ecclésiastique, elle a été inhumée dans l’église paroissiale en présence des soussignés. »

Savines et son pont sur la Durance. DR.

Savines et son pont sur la Durance. DR.

[J. Jartoux, Antoine Roman, C. Poulmon, Vallier pr.]

  • Registre paroissial de Savines (Hautes-Alpes)

À la suite de cet accident, on apprend, quelques jours plus tard, que le pont a disparu. L’acte de baptême de Catherine Beraud, le 3 juillet 1722, indique que l’enfant nouveau-né a reçu l’eau « à la maison à cause de la chute du pont ».

Notes   [ + ]

1. L’acte indique bien le mot « terrasser » et non « traverser ».