Ordonnance sur l’emploi du feu aux abords des aires (Aix-en-Provence, 19 juillet 1777)

  • Archives communales d’Aix-en-Provence, FF95.
  • Texte transcrit par M. Cernay-Malacrin.
Ordonance de police qui fait deffenses de ne point porter du feu aux aires Bureau de police.
— Du 19 juillet 1777. —
Présens MM. le marquis de Méjanes, de Pochet, de Thomassin-Saint-Paul, Olivier, lieutenants généraux de police.

Sur la plainte portée au présent Bureau que, malgré la disposition des arrêts de la Cour de parlement et de nos ordonances portant deffenses de ne pas aprocher des gerbières de bled, seigle et autres avec du feu, on ne laisse pas, en se promenant sur les aires, d’y battre le fusil, dit briquet, et d’y allumer et fumer des pipes, ce qui est une si grande imprudence qu’elle occasioneroit infai[lli]blement quelque incendie considérable si l’on n’y aporte un prompt remède, nous, maire, consuls et assesseur, lieutenants généraux de police, ouï le procureur du Roi, renouvellant en tant que de besoin la disposition de nos anciennes ordonances rendues à ce sujet, avons fait et faisons itératives inhibitions et deffenses à toutes personnes d’aprocher des aires avec du feu, d’y battre le briquet pour allumer de l’amadou à l’effet d’y fumer des pipes, ou pour quelque autre cause que ce soit, à peine de cinquante livres d’amande et d’en être informé ; enjoignons à toutes persones de nous dénoncer toutes celles qui porteront du feu en quelque manière que ce soit dans les aires où il se trouvera des gerbes, ou près de quelque gerbière particulière et écartée, et ce sous la même peine ; ordonnons que la présente sera imprimée, publiée et affichée partout où besoin sera.

Délibéré à Aix, au Bureau de police, ledit jour, 19 juillet 1777.