Père dénaturé (Pertuis, 10 décembre 1895)

  • Le Mémorial d’Aix, 18 décembre 1895, n° 101.
« Un marchand ambulant de légumes, originaire de Beaumont, le nommé C. A., vient de se faire le bourreau de son fils dans les circonstances suivantes :
Le jeune A. avait été envoyé par son père vendre des salades dans les rues et n’avait rapporté au domicile paternel que la modique somme de 25 centimes, alors que le produit intégral de la vente devait s’élever à 45 centimes. Le bambin avait donc perdu ou dissipé 20 centimes.
Pour ce seul motif, le père prit un fouet par le manche et commença par le frapper, puis  il l’entraîna dans la remise et, après l’avoir ligoté, le pendit au brancard d’une charrette. Il laissa ainsi son fils qui serait sans doute mort, si ses cris plaintifs n’avaient attiré les voisins.
A. a été arrêté. »