Porphire-Marie d’Aix (1622-1705), un Capucin original

Porphire-Marie d’Aix, de son vrai nom Jacques Bayon, fils de Jean Guillaume Bayon et de Louise de Castillon, est né à Aix en 1622.

À l’âge de 16 ans, il entre dans l’ordre des Capucins et y fait profession le 23 mai 1639. Il prend alors le nom sous lequel il sera connu.

Ses études de philosophie lui inspirent le goût de la philosophie ancienne. Il lit avec attention Anaxagore, Héraclite, Plutarque et Pythagore, dont il adopte les idées relatives à la pluralité des mondes. Il compose un roman dans lequel il expose ses idées : La Découverte des nouveaux mondes, ou L’Astrologue curieux (1667) qui contient seize discours qui tendent à prouver que la lune est habitée (chap. 1 à 12), comme le soleil (chap. 13), et d’autres planètes, comme Saturne. L’œuvre est publiée de manière anonyme, mais toutes les voix s’accordent alors pour la lui attribuer.

L’ouvrage ayant été publié sans l’accord des supérieurs de Porphire, celui-ci essuie leur profond mécontentement, d’autant que la religion catholique s’oppose vivement à ce genre d’idées. Porphire nie en être l’auteur. Un commissaire est nommé pour examiner l’ouvrage mais celui-ci conclut qu’il provient davantage d’un extravagant que d’un hérétique. Les choses en restent donc là et le livre est supprimé. Pour cette raison, il est parfaitement introuvable aujourd’hui.

On apprend aussi de Porphire que « les médecins lapons ont coutume de souffler sur les malades, leurs esprits les plus vigoureux, qui, après avoir combattu le mal, retournent dans le lieu de leur origine ».

Le Capucin a pourtant des idées d’avant-garde. Il fait transporter Escapamonte dans la lune, à l’aide de deux ballons remplis de vent. Une invention que les frères Montgolfier rendront concrète un siècle plus tard.

Porphire-Marie d’Aix se montrera découragé par l’opposition qu’il avait rencontrée. Son second volume ne verra pas le jour. L’homme finira ses jours chez ses frères capucins le 7 juillet 1705.