[Provençal] Lou patrounage | Le patronage

Écoutez la lecture en cliquant sur la flèche orange ci-dessous :

APRÈS LA GUERRO, en 1948, emé lou patrounage, à Miramas, li capelan se cargavon encaro de la jouventuro dóu mitan poupulàri. Li chato èron d’un coustat à l’escolo Jano Darque e li chat de l’autre, dins la cours de la glèiso. Èro lou biais d’educa lis enfant, de li fourma, de ié douna uno fourmacioun mouralo, fisico e soucialo. Tre que i’avié un moumenet de libre, óurganisavon d’ativeta : siegue uno partido de baloun o de bocho, uno partido de galo de terro, siegue uno seanço de cinema ; de jo de piste e d’escursioun, e que sabe encaro… Avien meme mounta uno chourmo de foute-balo pèr minime.
Es coum’acò qu’aquel an, moun paire anè en coulounìo de vacanço à Grandriéu en Lousèro. Bèn segur, à Miramas vilo de trin, lou vouiage se faguè emé lou trin, dins de vagoun de bos : 5 ouro sus de bancado de bos tambèn moufle coume uno saco de massacan. Arribèron enfin, negre coume de carbounié !
Tre l’arribado, lis istalèron dins uno grand bastisso de frejau, dins de vàsti dourmidou. Pièi, li vacanço, enfin ! De journado touto pèr s’amusa emé li coumpan, dins un paisage de mountagno roundo, douço cuberto de brusc e de brimbello, de fourèst de pin gavot, de serènto e de faiard. Èro lou tèms de permenado, de bagnado dins la ribiero, de jo e de partido de foute-balo, toujour. A l’après dina, èron countregne de faire miejour ! Visitèron l’abadié Nosto-Damo de Nèu à Langougno, de baumo emé pendoulino e candeleto mountanto.
Malurousamen, èro l’annado d’uno malandrarié de poulioumielite e la counsigno èro d’apoundre de javel dins tout ço que se bevié. Mai l’aigo rajavo d’en pertout e cado fes que rescountravon uno font dóu tèms d’uno sourtido, li pichot qu’èron se jitavon subre tant l’aigo que bevien de longo èro marrido de goust !

miramas-village

Quàuquis annado après, toujour emé lou patrounage, un jour de Sant Jan à Miramas dins la cous de la glèiso, uno troupelado d’escout passavon la serado la mai longo de l’annado autour dóu fiò, cantant au son de la quitarro dins la calour dóu mes de jun. Deja moun paire èro marida mai sabe pas pèr dequé ié venguè l’idèio de carga un linçòu blanc, d’escala la muraio qu’encenturavo la cous e se boutè à gingoula à la luno. Alor coumo uno voulado de passeroun, tremoulant de pòu, li pichot bramèron e s’enfugiguèron dins la nègro niue !

I’agrado à moun paire aquéli farcejado. Bèn de tèms après, alor qu’erian en vacanço à Beauvezer dins lis Aup de nauto Prouvènço, lou femelan de la famiho passavon li journado dins uno vièio bastisso, contro-vènt barra, à faire vira li taulo, prenènt lou tremoulun touto souleto : « Esperit siés-ti aqui ? »
Mai èro sèns coumta emé moun paire que venguè d’escoundoun, un jour, tabassa li paro-vènt dóu membre dins la soumbruro… Encaro un cop, coume de passeroun veguènt lou cat, li femo sourtiguèron de la bastisso, ourlanto coume se i’avié de marrit fouletoun darrié éli.

Martino Bautista

*

APRÈS LA GUERRE, en 1948, avec le patronage, à Miramas, c’étaient encore les curés qui étaient en charge de la jeunesse des milieux populaires. Les filles étaient d’un côté à l’école Jeanne-d’Arc et les garçons de l’autre, dans la cour de l’église. C’était un moyen d’éduquer les enfants, de les former, de leur donner une formation morale, physique et sociale. Dès qu’il y avait un moment de libre, ils organisaient des activités : soit une partie de ballon ou de boules, une partie de billes de terre, soit une séance de cinéma ; des jeux de pistes, des excursions, et que sais-je encore… ils avaient même monté une équipe de football pour minimes.
C’est comme cela que, cette année-là, mon père alla en colonie de vacances à Grandrieu en Lozère. Bien sûr, le voyage se fit en train, dans des wagons de bois : cinq heures de trains sur des bancs de bois aussi, rembourrés aux noyaux de pêches. Nous arrivâmes enfin, noirs comme des charbonniers !
Dès l’arrivée, ils les installèrent dans une grande bâtisse de granit, dans d’immenses dortoirs. Puis, les vacances, enfin ! Des journées entières pour s’amuser avec les copains, dans un paysage de montagnes rondes, douces, couvertes de bruyères et de myrtilles ; des forêts de pins sylvestres, d’épicéas et de fayards (hêtres, N.d.A.). C’était le temps des promenades, des baignades dans la rivière, de jeux et de partie de football, toujours. Après le repas, ils étaient contraints de faire la sieste ! Ils visitèrent l’abbaye de Notre-Dame des neiges à Langogne, des grottes avec des stalactites et des stalagmites.
Malheureusement, c’était l’année où une épidémie de poliomyélite sévissait et la consigne était de mettre de la javel dans tout ce qui se buvait. Mais l’eau coulait de partout et chaque fois qu’ils rencontraient une fontaine pendant une sortie, les petits qu’ils étaient se jetaient dessus tant l’eau qu’ils buvaient tous les jours était mauvaise au goût !

miramas-village

Quelques années après, toujours avec le patronage, un jour de Saint-Jean à Miramas dans la cour de l’église, une bande de scouts passait la soirée la plus longue de l’année autour d’un feu, chantant au son de la guitare dans la chaleur du mois de juin. Déjà mon père était marié mais je ne sais pourquoi, il lui vint l’idée de revêtir un drap blanc, d’escalader le mur qui ceinturait la cour et il se mit à hurler à la lune. Comme une volée de moineaux, tremblant de peur, les petits se mirent à crier et s’enfuirent dans la nuit noire !

Mon père aime faire ce genre de farces. Bien du temps après, alors que nous étions en vacances à Beauvezer dans les Alpes-de-Haute-Provence, les femmes de la famille passaient leurs journées dans une vieille bâtisse, volets clos, à faire tourner les tables, prenant peur toute seule : « Esprit es-tu là ? »
Mais c’était sans compter avec mon père qui vint un jour en cachette tabasser les volets de la pièce plongée dans l’obscurité… Encore un coup, comme des moineaux voyant le chat, les femmes sortirent de la bâtisse, hurlant comme s’il y avait de mauvais esprits derrière elles.

Martine Bautista