[Provençal] Sorre Tereso envoucado ajudo à basti uno glèiso / Sœur Thérèse invoquée aide à construire une église

Écoutez la lecture en cliquant sur la flèche orange ci-dessous :

Es un tèste escri pèr A. Guignes, curat, que troubère dins lou libre Pluie de roses. 5 1910-1926, pajo 291.
interieur-eglise-miramas-1937Barbentano (Bouco-de-Rose), 14 de mai de 1914.
Se bastis en aqueste tèms uno bello glèiso dins la parròqui de Miramas (Bouco-de-Rose). Mai pèr l’edifica falié d’en proumié croumpa un oustau de 10.000 franc à la perfin d’en agué l’emplaçamen. Ai ! Ai ! Ai ! Moussu lou curat noun avié aquesto soumo e, de mai, lou prouprietàri de l’oustau la refusavo energicamen de vèndre. Alor lou pastour e si dous vicàri faguèron uno nouveno à Sorre Tereso de l’Enfant-Jèsu.
Lou jour nouven, un moussu incouneigu e que vouguè pas dire soun noum semoundeguè à la claustro 10.000 franc pèr uno bono obro, e lou prouprietàri de l’oustau, soulicita encaro un cop aqueste jour d’aqui, la counsentiguè de bon à vèndre. Ansin l’afaire fuguè regla sèns mai d’empacho.
En aquéu tèms, la decouracioun de la glèiso de Miramas èro tras que bello. Un autar de mabre rose mountavo aut dins lou cor. De cade coustat, un ange tenié un grandaras candelabre. E pièi un mouloun d’àutri grand candelié encadravon lou tabernacle e finissien d’adourna tout acò. Au pounchoun, la Santo Vierge Marìo benesissié li parrouquian recampa. E de cade coustat dóu cor, s’aubouravon dos capeleto coustiero tout autant ournado.
Mai un jour, un curat se diguè que tout acò èro trop richo pèr uno glèiso : i’agradavo pas. Faguè demouli l’autar emé tóuti lis estatuo, li candelié,…. Pèr douna à la glèiso de Miramas un decor minimaliste mai en favour à la meditacioun. Se dis que d’ùni jitèron lis estatuo dins l’estang d’Entressen. Legèndo ? Verita ? Pèr agrada lis arqueoulogue de deman ?
E pièi es dins aquesto glèiso que mi rèire fuguèron bateja, faguèron soun bon jour, se maridèron e que fuguè dicho sa darriero messo tambèn. Moun paire emé si fraire ié fuguèron de clerjoun. A-n-aquelo escasènço, cargavon uno soutano bluio pèr li nouvelàri e roujo pèr li mai grand em’un subrepelis blanc. Ma rèire-grand peirenalo, elo, avié un cadèu que la seguissié d’en pertout e meme dins la glèiso dóu tèms de la messo. Intravo tóuti dous. Lou chin s’istalavo sout lou banc e aqui boulegavo pu à leva… quouro la grand se levavo pèr segui li rite de la santo messo. Lou chin alor fasié parié : se levavo.
Es aqui, tambèn, qu’un capelan me countè :
Un jouvenome se counfesso. Lou prèire ié dis :
« Moun fiéu. MOUN FIÉU ! Fau de longo regarda mai aut !
— Oh ! Vo, moun paire ! Elo, rèsto au cinquen… »

*

Un texte écrit par A. Guignes, curé, dans le recueil Pluie de roses. 5 1910-1926, page 291.
interieur-eglise-miramas-1937Barbentane (Bouches-du-Rhône), 14 mai 1914.
On construit en ce moment une belle église dans la paroisse de Miramas (Bouches-du-Rhône). Mais pour l’édifier il fallait d’abord acheter une maison de 10.000 francs afin d’en avoir l’emplacement. Hélas! M. le curé n’avait pas cette somme et, de plus, le propriétaire de la maison refusait énergiquement de la vendre. Alors le pasteur et ses deux vicaires firent une neuvaine à Sr Thérèse de l’Enfant-Jésus.
Le neuvième jour, un monsieur inconnu et qui ne voulut pas dire son nom apporta au presbytère 10.000 francs pour une bonne œuvre, et le propriétaire de la maison, sollicité de nouveau ce jour-là même, consentit volontiers à la vendre. Ainsi l’affaire fut réglée sans plus de difficultés.
En ce temps-là, la décoration de l’église de Miramas était très belle. Un autel de marbre rose montait haut dans le chœur. De chaque côté, un ange tenait un grand candélabre. Et puis de nombreux autres grands chandeliers encadraient le tabernacle et finissaient d’orner tout cela. Au sommet, la Sainte Vierge Marie bénissait les paroissiens rassemblés. De chaque côté du chœur, s’élevaient deux petites chapelles latérales tout autant ornées.
Mais un jour, un curé se dit que tout cela était trop riche pour une église : cela ne lui plaisait pas. Il fit démolir l’autel avec toutes les statues, les chandeliers… pour donner à l’église de Miramas un décor minimaliste plus propice à la méditation. On dit que certains jetèrent les statues dans l’étang d’Entressen. Légende ? Vérité ? Pour le plaisir des futurs archéologues ?
Et puis, c’est dans cette église que mes ancêtres furent baptisés, firent leur communion, se marièrent et que fut dite leur dernière messe. Mon père et ses frères y furent enfants de chœur. À cette occasion, ils portaient une soutane bleue pour les nouveaux et rouge pour les plus grands avec un surplis blanc. Ma grand-mère paternelle, elle, avait un petit chien qui la suivait de partout et même dans l’église pendant la messe. Ils entraient tous les deux. Le chien s’installait sous le banc et là, ne bougeait plus sauf… lorsque la grand-mère se levait pour suivre les rites de la sainte messe. Le chien alors faisait de même : il se levait.
C’est ici, aussi, qu’un prêtre me raconta :
Un jeune homme se confesse. Le prêtre lui dit :
« Mon fils. MON FILS ! Il faut toujours regarder plus haut !
— Oh oui, mon père ! Elle habite au cinquième… »
  • Photographie : Intérieur de l’église de Miramas en 1937.