Suicide sur la voie ferrée (Ventabren, 16 mars 1868)

Dans la matinée du 16 mars 1868, on trouva sur la voie du chemin de fer d’Aix le cadavre d’un individu près de la station de trains de Roquefavour (commune de Ventabren).
Il apparut que, si l’identité du malheureux paraissait difficile à établir, il s’agissait probablement d’un ouvrier de la fabrique d’Escourtin de M. Roche, à Marseille. L’homme s’était laissé tomber d’une tranchée de 20 mètres de hauteur et sa mort avait dû être instantanée.
Lorsqu’on le releva, il avait les deux pieds écrasés, ce qui s’expliqua par le passage de la locomotive no 5, venant de Marseille, qui avait semble-t-il traîné le cadavre sur une distance de 85 mètres.

roquefavour-gare-aqueduc

  • Source : Le Petit Marseillais, 25 mars 1868.