Surdité et voie ferrée (Maussane-les-Alpilles, 28 septembre 1895)

train-gareLe journal Le Mémorial d’Aix évoquait en 1895 le problème de surdité en relation avec le chemin de fer en évoquant deux cas de sourds marchant trop près de la voie.

« Avez-vous remarqué que les sourds ont une prédisposition spéciale à suivre les voies ferrées. Dernièrement un homme atteint de surdité était broyé par un train sur la route d’Eyguières à Meyrargues, près du domaine de Belleval ; hier c’est une femme sourde qui l’a échappé belle entre le Paradou et Maussane sur le chemin d’Arles à Salon.
M. Favier, mécanicien apercevant une femme sur la voie, siffla, fit jouer la contre-pression, rien n’y fit.
Cette femme, la pire de toutes les sourdes, allait être écrasée, lorsque M. Favier eut la présence d’esprit de se porter au devant de sa machine et renverse d’un coup de pied la femme sur le remblais.
Elle se releva un peu meurtrie il est vrai mais aucune blessure.
M. Favier a reçu une gratification et des éloges de la compagnie. Est-ce-assez ? »
  • Source : Le Mémorial d’Aix, 29 septembre 1895, p. 2
  • Photographie : Détail. DR.