Un bel hommage de Frédéric Mistral à Cyprien Simian

cimetiere-maillaneLa généalogie réserve parfois de belles surprises. On trouve dans le cimetière de Maillane, charmant village situé dans la Petite-Crau, entre Saint-Remy-de-Provence et Graveson, la tombe de Cyprien Simian, un jeune homme mort à l’âge de 22 ans le 11 juillet 1886.
Bien sûr, en entrant dans l’endroit, on ne peut pas ne pas voir le superbe édifice qui est la dernière demeure du maître provençal Frédéric Mistral, un tombeau construit sur le même modèle que le pavillon de la reine Jeanne, aux Baux-de-Provence.
La tombe de Cyprien Simian est en revanche beaucoup plus modeste. Le jeune homme, mort à l’âge précoce de 22 ans, laissait une épouse éplorée et des amis inconsolables.
Mistral est alors un auteur de grande renommée. Deux ans plus tôt, il avait écrit Nerto, mais on le connaissait surtout pour des œuvres magistrales comme Mireille, Calendau et Lou Tresor dóu felibrige. Il a alors 56 ans et connaissait visiblement le jeune Cyprien Simian qui, comme lui, était de Maillane. Très certainement touché par sa mort si jeune, Mistral a, on peut le supposer, été ému de voir une si jeune personne mourir.

frederic-mistral-par-clement

Allez voir la tombe de Cyprien Simian, juste avant d’aller saluer le maître. Vous aurez la surprise d’y trouver un court poème rédigé par Mistral en français et que l’on ne peut trouver que là, à Maillane, près du corps de Simian. En voici le texte :

“ À l’heure où le soleil tombe,
Vous qu’ici pleurez à genoux
Voyez cette fraîche tombe
C’est la tombe d’un jeune époux.

Vos yeux le voyaient naguère
Heureux, riant, et plein d’attraits !…
Hélas !… Priez. La prière
Au ciel peut le rendre à jamais…”

Les mots du maître sur une tombe ! Un instant d’émotion, à deux pas du tombeau du poète…

  • Photographie : (h) Le cimetière de Maillane. © Jean Marie Desbois, 2013. (b) Portrait de Frédéric Mistral, par Félix-Auguste Clément. Le tableau a été réalisé l’année précédant la mort de Simian.