Un froid si cuisant… (Boulbon, 6 janvier 1709)

« Le six janvier appres vepres il s’est levé un froid si cuisant que dans trois jours la roue a été pris, il a duré dix sept jours en augmentant toujours, il a été si cuisant qu’il a tué tous les oliviers, tous les figuiers, et tous les bleds dans la terre ce qui a tellement encherys les bleds dans ces cartiers qu’ils se sont vendus quarante cinq cinquante livres la saumée et a dautres cartiers davantage.
Il ne sest jamais tant veu de misere. »
[Perier curé]
Le froid à Paris, estampe, Gustave Doré, 1864. Bibliothèque nationale de France.

Le froid à Paris, estampe, Gustave Doré, 1864. Bibliothèque nationale de France.

  • Registre paroissial de Boulbon 203E-222 : début année 1709
  • Texte transmis par Jean-Marc Gauthier