Un garçon bien courageux (Aix-en-Provence, 7 février 1873)

L’an mil huit cent, etc.
Nous, Étienne Delignac, commissaire central de la ville d’Aix,
Agissant en vertu d’un ordre de M. le Sous-préfet, en date du 17 septembre courant.
Avons procédé à une enquête au sujet des actes de courage et de dévouement du sieur Julien Charles, âgé de 20 ans, né aux Pennes (1), mais habitant Aix depuis 14 ans, actuellement garçon boucher, rue d’Italie, n°11.

Le sieur Mille Henri, âgé de 40 ans, maître boucher, demeurant rue d’Italie, n°11, à Aix, déclare :
“Depuis deux ans, j’ai pour garçon boucher le sieur Julien Charles, plein de courage et de dévouement en toute occasion.
“Le sept février dernier, un mulet attelé à une charrette s’emporta et partit au galop dans la rue d’Italie, ce que, voyant, Julien, malgré le danger qu’il courait, s’élança au-devant de l’animal, le saisit et parvint à l’arrêter non sans peine, au moment où il était sur le point de renverser un jeune homme, monté sur un vélocipède, et peut-être d’autres personnes plus loin dans cette rue.
“Le 21 juillet dernier, vers neuf heures du soir, un cheval ayant pris le mors aux dents, rue d’Italie, Julien s’élança à sa poursuite, l’atteignit et le maîtrisa, malgré la plus vive résistance de l’animal en fureur. Le cheval avait brisé les brancards de la voiture dans laquelle le père et le fils Sion se trouvaient impuissants à le retenir et couraient le plus grand danger.”
Lecture faite, le déclarant a persisté et signé avec nous.

Le sieur Chaix Marius, âgé de 30 ans, serrurier, logeant rue du Collège, n°19, déclare :
“J’ai mon atelier rue d’Italie, n°13. Le 7 février, vers deux heures de l’après-midi, j’ai vu le sieur Julien Charles arrêter, au péril de sa vie, un mulet emporté, attelé à une charrette et sans conducteur, rue d’Italie, au moment où il allait renverser un jeune homme monté sur un vélocipède.”
Lecture faite, le déclarant a persisté et signé avec nous.

Le sieur Sion Pierre, âgé de 46 ans, maître-d’hôtel, rue Frucherie, n°34, déclare :
“Le 21 juillet dernier, vers neuf heures du soir, mon père et moi revenions de la campagne dans une voiture attelée d’un cheval, lequel, arrivant rue d’Italie, fut effrayé par un chien, fit un écart, s’abattit en brisant les brancards puis, se relevant, prit une course folle, mettant notre vie et celle des passants en danger. Nous fûmes sauvés par le sieur Julien Charles qui s’élança, saisit le cheval et, malgré sa résistance, le maîtrisa.”
Lecture faite, le déclarant a persisté et signé avec nous.

Le sieur Sion Esprit, âgé de 73 ans, demeurant rue du Collège, n°18, déclare :
“J’étais avec mon fils le 21 juillet dernier, lorsque le cheval attelé à la voiture qui nous transportait eut peur, s’abattit, brisa les brancards, puis prit le mors aux dents et nous aurait fait tuer sans le courageux dévouement du jeune Julien Charles, lequel, au péril de ses jours, parvint à saisir et maîtriser le cheval.”
Lecture faite, le déclarant a persisté, mais n’a pas pu signer avec nous, ne le sachant.

Le sieur Bourrelly Joseph, âgé de 55 ans, concierge au Palais de Justice, mais logeant rue d’Italie, n°6, déclare :
“Le 21 juillet dernier, dans l’après-midi, j’ai été témoin, rue d’Italie, de l’accident survenu et du danger couru par le père et le fils Sion, lesquels n’ont été sauvés que par le sieur Julien Charles qui s’est élancé, a saisi et, après une lutte acharnée, a maîtrisé le cheval emporté attelé à leur voiture.”
Lecture faite, le déclarant a persisté et signé avec nous.

Les deux actes de courage et de dévouement signalés ci-dessus sont parfaitement prouvés et leur auteur, le sieur Julien Charles paraît mériter la bienveillance de l’administration.

En foi de quoi, nous avons rédigé le présent procès-verbal aux fins de droit.


1. Les Pennes-Mirabeau, département des Bouches-du-Rhône.

  • Archives communales d’Aix-en-Provence, I1-15, n°394.