Un piéton pour Auriol (1791)

Le dimanche 27 février 1791, à l’issue des vêpres, le conseil municipal est assemblé dans la maison commune.
Le maire, Jérôme Gastaud, prend la parole pour déclarer que « l’importance du lieu exige d’avoir un piéton qui porte les lettres d’Auriol à Roquevaire et qui rapporte celles du bureau qui est etably audit Roquevaire. »
cmauriolLa proposition est « prise en considération » par l’assemblée qui délibère.
Une décision est prise :
L’assemblée nomme Gabriel Pascal pour piéton, « pour porter les lettres d’Auriol à Roquevaire et les rapporter de Roquevaire à Auriol sur les gages de quarante huit livres par an. »Cette décision sera assortie de conditions :
- Il fera le voyage trois fois par semaine les jours qui lui seront indiqués.
- Outre ses gages, il aura un sol par lettre de celles qu’il apportera de la poste de Roquevaire pour les particuliers seulement, sans pouvoir rien prétendre de celles qui seront adressées à la municipalité.

Auriol n’avait pas encore de bureau de poste, mais au moins un facteur !

© Françoise Suzanne, 2008
sources : archives communales de la ville d’Auriol