Philippe Fabre de Saint-Véran (c. 1740-1776), archiviste comtadin

vaison-la-romainePhilippe Joseph François Fabre de Saint-Véran est né à Vaison-la-Romaine, sans doute dans les années 1740 d’un père docteur en droit et trésorier général du Comtat Venaissin. Il fut ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui un archiviste généalogiste. Son frère, Joseph-Dominique, abbé, dit de lui qu’il jouissait d’une excellente réputation dans le Comtat, mais aussi à Rome. Et il ajoute :

« Il avait fait un catalogue raisonné de tous les actes que [la ville de Vaison] renferme où nous aurions trouvé sans doute plusieurs faits intéressants pour notre histoire du Moyen Âge, mais ce précieux recueil s’est égaré à notre grand regret. Son travail n’a pas été cependant inutile à cette ville. Il trouva le titre primordial de la banalité des moulins à huile ce qui valut à la communauté la redevance annuelle que lui font aujourd’hui les moulins des particuliers. L’établissement du poids de la farine si utile au public est aussi dû à ses soins ; c’est pendant son consulat qu’il fut mis en exercice. C’était un bon citoyen fort attaché à sa patrie et qui ne sera pas aisément remplacé. »

Il envisageait de s’atteler à la rédaction d’une histoire du Venaissin et de sa capitale.
En 1768, il fut nommé à l’office de lieutenant général criminel auprès de la sénéchaussée de Carpentras.
On ne connaît donc quasiment aucun écrit de Fabre de Saint-Véran, hormis ce quatrain, composé lors de la visite à Carpentras du marquis de Rochechouart venu délier les états du Comtat du serment de fidélité au roi, le 23 avril 1774 :

Illustre et sage gouverneur,
En vain croyez-vous de nous rendre ;
Vous venez encore pour nous prendre :
N’emportez-vous pas notre cœur ?

Au début de l’année 1776, il se marie, mais meurt, jeune, le 30 octobre de la même année.

Bibliographie

  • Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département de Vaucluse ou, Recherches pour servir à l’histoire scientifique, littéraire et artistique, ainsi qu’à l’histoire religieuse, civile et militaire des villes et arrondissements d’Avignon, de Carpentras, d’Apt et d’Orange, Casimir François Henri Barjavel, 1841.
  • Mémoire historique sur Vaison, avec des notes sur l’état de cette ville et sur celui des Voconces dont elle était la capitale sous la domination des Romains, Joseph-Dominique Fabre de Saint-Véran, vers 1800.

Photographie