[Provençal] La coumunioun de moun paire / La communion de mon père

A PASSAT TÈMS, à Miramas, coume dins tóuti li parròqui, lou dijóu, touto la ninèio anavo à la dóutrino. Èro coume acò, se demandavo pas is enfant se ié voulien ana… Èron alor li capelan qu’ensignavon : lou curat pèr li fiho dins la salo Jano-Darque, e l’abat pèr li drole dins la salo que se troubavo dins la cour de la glèiso.
D’aiour, li que i’anavon pas èron coume à despart de la poupulacioun.
Faire soun bon jour èro un ate de passage dins sa vido e poudès crèire que res ié manquié. La jouvènço sabié de cor soun pater, soun ave, lis ate de countricioun, recounèisse si pecat… e patin e coufin. Èro quasimen autant impourtant que de passa soun certificat d’estùdi.
Aquéu jour, la grando glèiso èro coumoulo de coumuniant e coumunianto acoumpagna de si gènt. Tóuti cargavon lis bèus abit dóu dimenche, li fiho touto de blanco vèstido emé soun velet de coumunianto, li chat de flamo-nòu vèsti emé lou riban au bras. Mai, Diéu d’amour, coume èron poulit !
© Martine Bautista.

© Martine Bautista.

Quouro venié lou tèms de se signa d’un degout d’aigo signado e pièi de manja lou pan miraclous, li visage èron grave e reculi. Pregant emé soun libre d’Ouro dins li man, un bèu cierge blanc dins l’autre, èro LOU grand jour de sa coumunioun, èro LOU jour de sa grando fèsto. La Santo Taulo èro embelido, esbrihaudanto, tóuti escoutavon em’un prefound respèt la Santo Paraulo, tóuti li gràci de Diéu, li sànti cantico emplissien la glèiso.
E li parènt dins tout acò ?
Lou femelan e subre-tout la maire resplendissié, soun cor fasié tifo-tafo, èro à mand de lagremeja. Lou paire se tenié lou front clin.
Dins la glèiso coumoulado, ah ! que ma grand – la maire de moun paire – que ma grand èro bello ! Pèr l‘escasènço croumpè un tras que bèu capèu e de tant de mounde que clafissié la glèiso, uno grandarasso e bello plumo de feisan passavo tóuti li tèsto…


Èro dóu tèms que li paire Chalve e Pisoard se counvidavon de longo à l’oustau meirenau pèr manja. E bèn segur, au repas que seguiguè, lou paire Pisoard noun manquè de dire qu’aquèu jour d’aqui, veguè… que la plumo de ma grand dins la glèiso !
Martino Bautista

*

DANS LE TEMPS, à Miramas, comme dans toutes les paroisses, le jeudi, tous les enfants allaient au catéchisme. C’était comme cela, on ne demandait pas aux petits s’ils voulaient y aller… c’étaient les prêtres qui enseignaient : le curé pour les filles dans la salle Jeanne-d’Arc, et l’abbé pour les garçons dans la salle qui se trouvait dans la cours de l’église.
D’ailleurs, ceux qui n’y allaient pas étaient comme mis à part de la population.
Faire sa communion solennelle était un passage dans la vie et vous pouvez croire que personne n’y manquait. La jeunesse savait par cœur son pater, son ave, les actes de contritions, reconnaître les péchés… et patin coufin. C’était quasiment aussi important que de passer son certificat d’étude.
Ce jour-là, la grande église était pleine de communiants et communiantes accompagnés de leurs parents. Tous portaient les beaux habits du dimanche, les filles toutes de blanc vêtues avec leur voile de communiante, les garçons avec leurs costumes flambant neufs et le ruban au bras. Mais Dieu d’amour comme ils étaient beaux !
© Martine Bautista.

© Martine Bautista.

Quand venait le moment de se signer d’un peu d’eau bénite et puis de manger le pain miraculeux, les visages étaient graves et recueillis. Priant avec leur livre d’Heure dans les mains, un beau cierge blanc dans l’autre, c’était le jour de leur communion, c’était le jour de leur grande fête. La Sainte Table était embellie, éblouissante, tous écoutaient avec un profond respect la Sainte Parole, toutes les Grâces de Dieu, les saints cantiques emplissaient l’église.
Et les parents dans tout cela ?
Les femmes et surtout la mère resplendissaient, leur cœur battait la chamade, au bord des larmes. Le père se tenait le front baissé.
Dans l’église pleine comme un œuf, ah ! que ma grand-mère – la mère de mon père – que ma grand-mère était belle ! Pour l’occasion, elle acheta un très beau chapeau et, de tant de monde qui emplissait l’église, une très grande et belle plume de faisan dépassait toutes les têtes !


C’était du temps que les pères Chalve et Pisoard s’invitaient régulièrement à la maison pour manger. Et bien sûr, au repas qui suivit, le père Pisoard ne manqua pas de dire que ce jour-là, il ne vit… que la plume de ma grand-mère dans l’église !
Martino Bautista