[Provençal] La luno / La lune

Écoutez la lecture en cliquant sur la flèche orange ci-dessous :

DE TOUSTÈMS, la luno, astre que marco tóuti li niue de nosto vido, pivelo lis ome. Deja li Grè e li Rouman l’amavon tant que ié dounèron un jour especiau : lou dilun (jour de la luno). De fa, lou prouvèrbi : tout dilun, vau luno. Èro jour de fèsto meme se vuèi lou dilun vau dire que fau tourna mai au travai ! E pèr éli, luno mecrouso (dóu dimècre) èro marrido luno.
I’a gaire de tèms encaro, au cantoun de la chaminèio, se countavo que la luno avié di de noun i planeto pèr tant de pas faire la farandoulo autour dóu soulèu, es ansin que i’an amoussa soun fiò e que despièi viro autour de la terro.

lune-id

Sabès tambèn que la luno es messourguiero ? Quouro sèmblo à un D, es luno Creissènto noun pas que quouro sèmblo un C, es luno Descreissènto. D’aiours li vertadiés ourtoulan jardinejon « à la luno car à luno creissènto, tout crèis » adounc fan mèfi de planta lis aubre fruchau, cepa de bos pèr lou fiò, taia d’aubre feble, recoulta d’erbo medicinalo, de liéume, racino e fru en aqueste tèms.
A luno descreissènto coupon de bos d’obro, senoun l’aubre vau jamai grand causo o bèn se pourris o se chirouno. Mai quouro la luno coupo à 2 represo la courso ecliptico dóu soulèu, formo ansin un nous lunàri (creissènt o descreissènt) : aquest jour lis ourtoulan travaion pas car rèn de bèn vèn.
Dins d’ùni famiho se dis tambèn que se fau pas coupa li péu ni lis ounglo à pleno luno bord-que créisson mai vite ; au cambiamen de luno, li jacènto s’acouchon. De segur la luno fai d’efèt sus lis aigo e formo ansin li marèio de la grand mar e li marèio terrèstro : li mountado de sabo dis aubre.
Ma maire me disié : « Fau pas estèndre lou linge li niue de pleno luno car alor lou linge blanchis. E quand li jouine se calignon, l’amourous prendrié la luno emé li dènt pèr sa bello » (valènt-à-dire farié de causo impoussiblo). Mai se saup que la luno de mèu duro pas qu’uno mesado de bòni causo i nòvi. I’arribo meme que la femo siegue óublijado de se leva de niue pèr « rauba » de blad dins lou boursoun un pau trop sarra de soun ome, es ço que ié dison lou blad de luno !

Tout acò soun de causo qu’avèn ausi dins la famiho e n’en siéu seguro, avès au vautre de gènt luna, (qu’an si jour), que badaion à la luno o que soun coun coume la luno… Coume la luno es vièio !!! Ço qu’es pas pau de dire !

Martino Bautista / Crestiano Gobert

*

DE TOUT TEMPS, la luno, astre qui marque toutes les nuits de notre vie, fascine les hommes. Déjà les Grecs et les Romains l’aimaient tant qu’ils lui donnèrent un jour spécial : le lundi (jour de la lune). D’où le proverbe : tout lundi vaut lune. C’était jour de fête meme si aujourd’hui le lundi veut dire qu’il faut retourner travailler ! Et pour eux, la lune du mercredi était une mauvaise lune.
Il y a peu encore, au coin de la cheminée, on racontait que la lune avait refusé de faire la farandole avec les autres planètes qui lui avaient alors éteint son feu et que depuis elle tourne autour de la terre.

lune-id

Savez-vous que la lune est menteuse ? Quand elle prend la forme d’un D, elle est lune Croissante alors que quand elle ressemble à un C, elle est lune Décroissante. D’ailleurs les vrais jardiniers jardinaient à la lune car, à lune croissante, tout croît, aussi font-ils attention de planter les arbres fruitiers, couper du bois pour le feu, tailler des arbres faibles, récolter les herbes médicinales, de légumes, racines et fruits à ce moment-là.
À lune décroissante, ils coupent du bois d’œuvre, sinon l’arbre ne vaut jamais grand-chose ou bien se pourrit ou se vermine. Mais quand la lune coupe à deux reprises la course écliptique du soleil, on parle de nœud lunaire (croissant et décroissant) et ce jour-là les jardiniers ne travaillent pas car rien de bien ne vient.
Dans les familles on dit aussi qu’il ne faut pas se couper les cheveux et les ongles à pleine lune car ils poussent plus vite encore ; au changement de lune, les femmes enceintes accouchent. C’est vrai que la lune agit sur les eaux, sur les marées de la grande mer et les marées terrestres : la montée de la sève des arbres.
Ma mère me disait : « Il ne faut pas étendre le linge les nuits de pleine lune car alors le linge blanchit. Et quand les jeunes fricotent, l’amoureux attraperait la lune avec les dents pour sa belle » (c’est-à-dire qu’il ferait des choses impossibles). Mais on sait que la lune de miel ne dure qu’un temps de bonnes choses pour les nouveaux mariés. Il arrive même que la femme soit obligée de se lever la nuit pour « voler » du blé dans la bourse un peu trop serrée de son homme, c’est ce qu’on appelle le blé de lune !

Tout ceci ce sont des choses que nous avons entendues dans nos familles et, j’en suis sûre, vous avez chez vous des gens lunés (qui ont leur jour), qui badent à la lune ou qui sont c… comme la lune… Comme la lune est vieille !!! Ce qui n’est pas peu dire !

Martine Bautista / Christiane Gaubert
  • Image courtesy of voraorn at FreeDigitalPhotos.net