04 – Ongles

La mort d’une femme enceinte (Ongles, 5 juillet 1767)

femme-enceinte-ouverte

« L’an que dessus et le cinquième du mois de juillet est morte et a été enterrée Delphine Aymar, femme de Gautier, de la paroisse de Cruis, étant chez Mathieu Aymar, son père, laquelle n’a reçu aucun sacrement, n’ayant appelé le prêtre que dans la nuit où elle fut morte, dans l’état de grossesse fort avancé.

Tué par un ar­bre (On­gles, 14 dé­cem­bre 1755)

Image courtesy of Stockimages / FreeDigitalPhotos.net

[caption id="attachment_9725" align="alignright" width="400"] Image courtesy of Stockimages / FreeDigitalPhotos.net[/caption] « L’an que dessus et le quatorzième du mois de décembre, a été en­se­ve­li par moi Esperit Agnellier, se­con­daire de cette paroisse, Honoré Bi­sot, mort aujourd’hui par la chute d’un arbre qui ne lui donna que le temps de recevoir l’absolution, aux présences de Pierre Peyre et de Michel Bardouin, qui n’ont

Tuée par le ton­ner­re (On­gles, 30 juil­let 1753)

Image courtesy of prozac1 / FreeDigitalPhotos.net

[caption id="attachment_9716" align="alignright" width="400"] Image courtesy of prozac1 / FreeDigitalPhotos.net[/caption] « L’an que des­sus, j’ai en­se­ve­li dans le ci­me­tière pa­rois­sial de ce lieu Fran­çoise Lau­gier, morte d’un coup de ton­nerre, ses pa­rents ayant as­sis­té à son en­ter­re­ment, le tren­tième du mois de juil­let, Pré­sents Pierre Peyre et Fran­çois Tu­rin, qui n’ont su signer de ce enquis. » Tardieu Registre paroissial d’Ongles (Al­pes-de-Haute-Provence) Anecdote

Le ma­ria­ge du pri­son­nier (On­gles, 15 mars 1718)

ongles-vue-generale-panorama

« L’an 1718 et le quin­ziè­me jour du mois de mars, par­de­vant nous sous­si­gné prieur d’On­gles et vi­cai­re gé­né­ral de Mon­sei­gneur l’Évê­que de Sis­te­ron et dans no­tre église pa­rois­siale, Se­raient com­pa­rus Étienne Ca­nard, fils de Clau­de et de Ma­rie Mi­chel, de la paroisse de Limans, âgé d’environ 25 ans, détenu prisonnier aux prisons seigneuriales de ced[it] lieu d’une part, Et Marguerite

L’adolescence dans la Provence d’hier

avant-le-bain-bouguereau

La première communion marquait généralement le passage de l’état d’enfant à celui d’adolescent. Cette période de la vie se terminait d’ordinaire à vingt ans pour les garçons, à l’âge de la conscription, où l’on devenait un homme, à vingt-cinq pour les femmes, à la Sainte-Catherine.