Discours de Paul Martin (Saint-Cannat, 1909)

Paul Martin, maire de Saint-Cannat

À l’occasion des funérailles du 13 juin 1909. Dans le cimetière, Paul Martin, maire de Saint-Cannat, déclare :
 
« CHERS CONCITOYENS,
Quelles paroles pourraient traduire l’émotion qui m’étreint en venant ici saluer la dépouille mortelle des malheureuses victimes qui ont trouvé une si triste fin dans l’épouvantable catastrophe dont nous sommes cruellement atteints !
Dix cadavres, notre malheureux pays en ruines, tel est le bilan de cette horrible soirée !
Et vous, chers infortunés, au nom du Conseil municipal, au nom de la population tout entière, je vous adresse un suprême et dernier adieu. Dormez en paix, pauvres victimes de l’implacable destin, votre souvenir ne nous quittera pas et demeurera en nous comme un deuil éternel que nous transmettrons aux générations futures.
Chers concitoyens,
Devant ces tombes encore ouvertes, jetons-nous dans les bras les uns des autres, oublions à jamais toutes nos divisions et, frères dans le malheur, unissons nos courages et nos énergies pour le relèvement de notre cher pays aujourd’hui si fatalement éprouvé. »