Gervais de Beaumont, premier président du Parlement de Provence

Gervais de Beaumont par J. Cundier.

Gervais de Beaumont par J. Cundier.

Gervais de Beaumont, chevalier, seigneur de Mondésir, Vendômois de naissance, fut pourvu par le roi Louis XII de la présidence du Parlement de Provence en 1509 par des lettres patentes en date du 24 septembre 1508. Il était déjà au fait des questions de magistrature car il avait été lieutenant général au siège du sénéchal de Montferrand, en Auvergne. De là, il avait passé à un office de conseiller au Grand Conseil et avait ensuite été fait sénateur de Milan.
Les contretemps qui l’accueillirent en entrant dans la présidence du Parlement montrèrent qu’il était homme de tête.
Le président de Maynier, son prédécesseur, voulant se maintenir premier président du Parlement, d’où le roi l’avait retiré, appela de l’installation de Beaumont et protesta de nullité de tout ce que le nouveau président ferait, comme s’il avait usurpé sa charge.
Gervais de Beaumont ne s’ébranla pas des attaques subies, se contentant de se tenir mieux sur ses gardes. Le roi dut intervenir dans son conflit avec Maynier, donnant tout son soutien au nouveau président.
Dans la suite de sa charge, Gervais de Beaumont acquit la réputation d’un homme de droiture. Chargé de la commission sur la taxe des néophytes (les familles sorties du judaïsme), ses décisions lui valent une bonne réputation car très favorables à l’Église.
Gervais de Beaumont occupa sa fonction vingt ans (1509-1529). Le 26 janvier 1529, il fit son testament en faveur de son neveu, Jean de Beaumont, fils d’Éloy de Beaumont, puiqu’il n’avait pas eu d’enfant de sa femme, Claire de Glandevès. Il mourut en 1529 à l’âge canonique de 103 ans. Il fut enterré en l’église Sainte-Magdeleine d’Aix, dans la chapelle Notre-Dame du Suffrage.

Branches descendantes

Son neveu, Jean de Beaumont, fut reçut conseiller au Parlement d’Aix le 10 août 1543 et, par son testament du 3 avril 1557, institua héritier Béraud de Beaumont, son neveu, fils de Louis et de Marguerite de Gaufridy. C’est de ce Béraud de Beaumont que vint une descendance :
  1. Nicolas de Beaumont x 1596 Marguerite de Bastety, dont :
  2. Gervais de Beaumont x 1640 Éléonore de Guiramand, dont :
  3. François de Beaumont x Magdeleine de Reymondis, dont :
  4. Louis de Beaumont, marié à Ferrat en Artois, dont :
  5. Nicolas de Beaumont, capitaine au régiment de Meuse, vivant en 1776.

Bibliographie

Histoire héroïque et universel de la noblesse de Provence, Artefeuil, 1776.
Portraits ou Éloges historiques des Premiers Présidents du Parlement de Provence, Pierre-Joseph de Haitze, Avignon, impr. D. Chastel, 1727.
Histoire de Provence, Jean-François de Gaufridi, tome 1, Charles David impr., Aix, 1694.

Voir aussi